et et oui, messieurs mesdames, j'ai participé à une belle et grande oeuvre d'art, ce dimanche dès 4h 30 du mat dans le centre historique de caracas. une expérience inoubliable dont je ne cesse de parler depuis.... mes excuses donc à ceux dont j'ai déjà conté un peu de l'évènement. il s'agissait du travail d'un photographe étasunien qui travaille sur le thème des corps rassemblés dans des lieux publics depuis le début des années 90. promixité, partage d'intimité, détournement d'espace et de quotidien.... après une nuit de danse dans quelques bars de la ville, me voilà partie avec mes 2 nouvelles collocs françaises et un ami colombien pour vivre cet évènement avec des caraqueños de tout horizons, traversant les rues désertes en taxi,dans la douce nuit. près de deux heures d'attentes, regroupé au pied du tribunal en construction, devant une statue de bolivar, face à une grande avenue majestueuse, tous encore habillés, entament des discussions plus ou moins légères pour éviter de penser à la suite.... le photographe apparaît, nous donnant les instructions à suivre, le déroulement du programme,en anglais, repris par ses assistants en español. la tension monte, les gens se pressent, s'agitent, le soleil pointe à l'horizon. puis vient LE moment: "que se quittan las ropas!!!!!" dans un mouvement un peu chaotique, les corps se dénudent, les paquets de vêtements se retrouvent sur le sol, gardés par les militaires en armes qui tentent de garder leur sérieux devant cette marée rose aux milles nuances.... la chose est finalement beaucoup plus simple et naturelle que prévue, le mouvement est impulsé, et je me mets en marche avec la foule, sans me rendre vraiment compte que je suis aussi nue que tous ceux qui m'entourent!! chacun des 2 groupes emprunte les rampes qui descendent sur la gauche et la droite de Bolivar... une immense joie émane des participants, à la vue de ces vagues humaines, cris, applaudissements retentissent, un vrai bonheur, une sensation très forte de faire partie d'un tout les inhibitions sont vite oubliées devant ces hommes et femmes de tous âges et de tous physiques, les sourires s'échangent quand les regards se croisent, un grand respect s'installe entre tous qui partageons ce moment unique. mais surtout ce sentiment de plénitude et de liberté.... quelques badauds se pressent sur les côté pas si bien gardés par les forces de police... on se met alors à leur crier de nous rejoindre ou de partir. quelques jeunes femmes s'executent, jetant à terre leurs vêtements et accourrant pour rejoindre le groupe, un vieil homme les accompagne, sous les applaudissements de notre foule. les journalistes sont également écartés sous les cris, et malgré les supplications des participants, aucun policier ne dépose les armes pour venir nous rejoindre.... commence alors la première prise de vue. 2 colones se font face à quelques mètres, debout sous les rayons du soleil, le vent est doux, que c'est agréable! la principale instruction est de ne pas sourire pour ne pas avoir l'air idiot! pas évident! puis les poses s'enchaînent, sous l'oeil de L'Artiste qui fait quelques essais: "les bras en l'air!", "non, couchez vous les uns à côté des autres!", "non, relevez vous , asseyez vous"... le public semble difficile à manoeuvrer, dans cet état d'euphorie! mais, finalement, les instructions s'exécutent. d'abord assise face à face 2 par 2, mains dans les mains, je m'allonge selon les directives au milieu de cette foule, me retrouvant avec une tête inconnue sur l'épaule et une autre sur la cuisse! le soleil carressant et le ciel plus bleu que jamais, je ferme les yeux à la demande du photographe, le silence s'installe entre tous durant de longues secondes, le temps d'"oublier", et de profiter du moment, l'émotion est grandissante, la sensation de bien être également. le spectacle est si beau d'autres poses se succèderont, dans des positions plus ou moins comodes... spencer Tunick semble plutôt satisfait de nous , nous remercie grandement de notre courage et participation . la fierté nous sourie, la journée qui suivra sera tranquille, quelque chose à changé, caracas semble alors plus accueillante, j'ai l'impression bien plus forte d'en faire enfin partie. un grand moment qui promet de biens belles choses que la vie vous soit douce mil besos delphine



quelques photos de l'artiste, d'évènements passés http://www.i-20.com/artist.php?artist_id=19&page=images&work_id=449