Le blog de Sabor Discos

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 3 mai 2010

Gary au Nicaragua 2

Je rentre de qques jours sur la cote caraibe du costa rica. Vraiment vraiment chouette, jai traverse le costa rica d'est en ouest pour y aller et ctait somptueux, volcans, foret tropicale humide, seche, jungle... Pour arriver ds un petit port sur la cote caraibe. Depaysement total : la population est en majorite afro des anciens esclaves mais surtt des jamaicains venus il y a plus de 100 ans pour construire une voie ferre ds cette region recule et parle le "patoa", un melange danglais, drgot jamaicain et d'espagnol, la cote est borde de palmiers et deau cristalline, lnterieur de la region ce st des montagnes et de la jungle peuplee de singes et autres animaux, la bouffe est jamaicaine supers sauces et barbecues et pour la musique c'est du reggae PARTOUT ! Si on ajoute des bonnes journees de surf, de lherbe presque legale et des belles ballades ds les parcs nationaux entre plage et jungle on peut dire qu'on est pas loin du paradis...



La je suis a San Jose et je retourne "chez moi" demain... On est installe et il y a pas mal de petits travaux a faire : des etageres, installer des hamacs, un abri pour avoir de l'ombre ds le jardin et faire une table...

		

mardi 23 février 2010

Gary au Nicaragua !

Cette premire semaine nicaraguayenne se passe plus que bien, presque aucune embuche notre compteur si ce n'est un vol de tabac rouler ds la rue Managua par le tox du quartier o nous tions et une crevaison avec notre voiture de loc.

Au final on pass plus de jours que prvu Managua et ne sommes sur la cte que depuis 4 jours. Une bonne surprise avec Managua, les gens chez qui ns tions taient super, ns ont bien ballad un peu partout et la vie ds notre quartier tait plus qu'agrable : des petits bars bien sympa, du resto local et le plus grd march d' Amrique Latine 10 mn pied. March assez hallucinant o tu peux dambuler toute la journe je pense sans repasser par le mme endroit et o les vendeurs tchatchent et rappent sur de la musique latino pour vanter les mrites de leurs articles !! Ensuite voiture de loc et dpart pour la cte : 1h de route normale et ensuite tte la zone cotire n'tant plus pav c'est 2h de petits chemins de terre entre flaques gantes et trous, un peu comme si le route des gouts s'talait sur 100 km . En tt cas l depuis 3 jours on est l o ns allons vivre : 30km de cte un peu au bout du monde, parsem de petits villages de pcheurs hautement pittoresques et fort sympathiques. Les gens sont trs accueillants, pas ou quasiment pas d'trangers ( on est les seuls blancs ds le village o ns sommes l ) et la vie se droule plus que paisiblement entre un petit tour la plage, le retour des pcheurs, un petit tour du village , une sieste et un tour au petit bar en fin de journe...Le rythme de la vie est vraiment tranquille et qui plus est ponctu de coupure d'lectricit quotidiennes. Sinon pour le ct festif tous les samedi soir il y a discothque anim par un Dj local ( eux disent Rumba ) ds un bar du village.

Voil pour le dcorum, sinon on mange de bons fruits , des poissons, le Gallo Pinto local ( riz, frijoles et suace pice ) et le cot de la vie est  muy muy barato .

On a trouv une maison louer ds cette zone et sommes en bonne voie pour acheter 2 motos ( ici c'est moto ou 4x4 vu l'tat des pistes de la zone ) , enfin bref notre installation est plus qu'en bonne voie !

Pour les surfistes, pour l'instant le swell est petit ( aux alentours d'1m) mais la zone semble receler moultes trsors : c'est en fait une succsion de 4 grdes baies ayant chacune des beach break qui ont l'air de bien envoyer la sauce, un reef ds une des baies et une sortie de rivire ds une autre qui envoie une super vague ds que le swell rentre... Premier surf la maison , 1m , des tubes, des vagues qui ferment, des bons bols qui ouvrent.... un beach break avec un gros plateau et peu d'eau.

Eau chaude et off-shore compris ( ici c'est off shore du soir au matin et tte l'anne apparement).

Locaux hyper accueillant et ns sommes voisins d'un franais qui a mont un surf camp et connait bien la rgion... Ts les feux st au vert, j'attends patiemment le premier swell.

mercredi 7 janvier 2009

Bruno et Fabien au Costa Rica !!!

on revient enchants des 15 jours passs au Costa-Rica.Le programme tait simple : repos, nature et plage.

Tout a t au rendez-vous, la nature tout d'abord avec du vert de partout (et pas du vert gris d'arbre malade...), des rivires de partout (et pas des rivires sec ou contamines...) o l'on a pu goter au rafting au milieu de la fort primaire et du caoning ct d'un volcan qui jouait son Arlsienne cach dans les nuages, puis des animaux de partout (et pas enferms dans un zoo..), comme peut en temoigner la photo jointe. La nature justement nous a permis de nous reposer et d'liminer tout le stress qu'on avait pu accumuler dans la ville de Mexico.

Et enfin, la plage !!!

D'abord du ct humide des Carabes, des plages sauvages (oui oui car il est interdit de construire sur le littoral) o toucans et paresseux ne sont jamais bien loin. Puis le Pacifique avec le soleil au rendez-vous. On en a profit pour se faire plein d'amis PADI (c'est vrai a marche) avec des franais trs sympas de Seatle et un irlandais de Dublin, trs sympas aussi, et faire une plonge dans une rserve prs de l'Isla del Cao et pour la premire fois, on a pu observer des requins, petits certes mais tout prs (donc ils avaient l'air plus gros).

Et pour finir, un petit coin de Paradis presque au bout du monde, droite, aprs des heures de 4x4 ct du parc national du Corcovado : une longue plage dserte, une mer verte, des cocotiers, des aras foison venant manger au dessus de nos ttes et la possibilit de boire frais grce un groupe lectrogne, vive l'cologie...Et puis inutile de prciser qu'on s'en est mis plein la panse de poissons entiers grills, de riz au lait de coco, de viande grille et mme les haricots rouges sont bons l-bas...

Bref, un beau pays, un peu cher mais qui vaut le coup de visiter si on aime la faune, la flore et la plage.

vendredi 5 septembre 2008

des nouvelles de Delphine Caracas !

Quelques nouvelles du Venezuela :

ici aussi a bosse dur.. avec ma cooperative d'architecte, ingenieur, promoteur social, on bosse avec telecom venezuela pour faire des centres de telecomunicaciones comunales en pueblos super isols le long de l'orinoco.

le boulot avec las comunidades est gnial, mais bosser avec un ancienne entreprise devenue nationale est uffff... comment dire... la dsorganisation la plus complte rgne... mais petit petit, ils apprennent. Les communauts sont plus efficaces qu'eux ! on redemarre aussi des boulots dans les barrios caraqueos... et la vie, quoi !

des nouvelles de Vincent de Montral !

Isabelle a un concert vendredi soir en quintet pour une fte et vente trottoir qui se droule chaque anne sur la promenade de la rue Ontario . Nous y sommes souvent .

    Nous sortons d' un chapiteau o nous avons assister au premier

spectacle d' un Symposium national des clowns et des excentriques . C' tait un couple de San Francisco qui habite maintenant Montral . Ils mlangent contorsion , marionnettes , ventriloque , chant , jonglerie , rolla bolla , manipulation d' objets . Demain c' est Red bastard de New York . En attendant le spectacle , il y avait la musique de Radiohead et nous avons trouver cela trs bien fait . Dimanche , il y a la visite du Port de Montral et on peut choisir par bateau ou en train . C' est juste cot de chez nous . A bientt . VINCENT

vendredi 15 février 2008

Rene au Mali

Ma vie ici est pour linstant bien calme ! A notre arrive au Mali, jai emmen au pays Dogon la copine qui a fait le voyage avec moi. Mais depuis je ne suis pas repartie ; Cheick a voulu memmener avec lui avec ses touristes mais je nai pas eu envie de retourner dans les mmes endroits.

Nous allons peut-tre aller au festival sur le Niger en fin de mois mais jattends de voir le programme car il y a des artistes que je napprcie pas vraiment. Ce sont de femmes qui sont issues de la caste des griottes et qui chantent des thmes adors par les maliennes : lamour, le mariage, les enfantsTout a avec des chansons qui nen finissent pas, que je ne comprends pas, et qui ont un accompagnement musical sans intrt.

Lautre soir, jai particip un concert o ces femmes ont monopolis la scne ; quand elles se mettent chanter un thme particulirement apprci, tu vois les femmes se prcipiter sur scne pour leur donner un billet, ou une liasse de billets. Jai mme vu un homme venir offrir une voiture ! Alors en retour la chanteuse entame les louanges du donateur ou de la donatrice et a peut durer longtemps. A ce fameux concert, il y avait 4 griottes qui taient en concurrence ; celle qui rcolterait le plus dargent ! Les organisateurs ont d couper le micro pour quelles sarrtent car sinon on y serait encore !

Rsultat : les hommes qui taient programms ce soir l nont pas pu chanter car la location de la salle sarrtait une heure prcise. Larnaque ! Voil pourquoi je ne suis pas encore sre daller ce festival. Je vais privilgier les concerts individuels !

A part , je ne vous ai pas racont mon priple en voiture ! Je ne sais plus si je vous lavais dit mais je suis partie avec une copine, plus 2 gars que javais trouvs sur Internet et qui ont t de trs bons compagnons. Si le voyage de lanne dernire a ressembl une promenade de sant, celui de cette anne a t un peu plus compliqu.

Nous navons pas pris tout fait la mme route : en Espagne, au lieu de Madrid, nous sommes passs par Salamanque. Cela permet de visiter cette belle ville en passant et dviter le contournement de Madrid qui est un peu long. Au Maroc, au lieu de la route ctire, nous sommes passs par Marrakech et nous avons ensuite rejoint le bord de mer pour traverser le Sahara occidental.

Et en Mauritanie, comme lan dernier, nous nous sommes arrts dans le banc dArguin qui est un parc ornithologique et marin, l o le dsert se jette dans locan. Et cest l que nous sommes tombs en panne ! Aprs de nombreux avertissements que nous aurions d prendre plus au srieux, la voiture a fini par lcher en fin de soire en plein milieu du dsert. Nous avions de leau, de quoi faire des sandwichs et des duvets pour une premire nuit lhtel des mille toiles. Le lendemain jai pu me rendre Nouakchott avec un monsieur dun village de pcheurs et ramener la pice dfectueuse avec un mcanicien. Le diagnostic tait bon mais la pice de rechange ou le mcano ntait pas bon. Aprs une deuxime nuit dans le dsert il devenait urgent den sortir. Alors nous avons fini par nous faire remorquer Nouakchott par un escroc qui nous a pris une fortune ! Encore un jour de rparations inutiles avec des mcanos incomptents jusqu ce que je rencontre le pre Nol !!

En effet, jtais en panne sur le bord de la route aprs un nime essai infructueux quand une voiture sest arrte. Ctait le patron dune entreprise franaise de ramassage des ordures ! Avec son chef de parc (mari une Dacquoise !), ils ont remorqu ma voiture jusque dans un garage srieux et le lendemain soir la voiture tait en tat de marche.( Ca ntait pas une grosse panne et le premier mcano avait bien diagnostiqu le dfaut mais navait pas russi rparer). Jtais contente de pouvoir leur offrir la bouteille de Ricard que javais emmen Cheick..Dailleurs, le premier soir, en bons franais, nous avions tous ensemble fait du mal la leur et il tait plus que juste que je leur fasse ce petit cadeau avant de les quitter.

Avec 4 jours de retard, nous avons quitt la Mauritanie. Deux jours aprs c'est--dire le dimanche 18 Novembre, nous tions enfin Bamako.

Dans notre malheur, nous avons eu la chance de ne pas croiser la route des extrmistes qui ont assassin les franais un mois plus tard ! Mais je dois dire qu Nouakchott, jai senti que le pays tait en train de se radicaliser et que lintolrance et lextrmisme gagnaient du terrain. Rien dtonnant ensuite que des groupuscules se sentent autoriss franchir des limites de la lgalit et de lhorreur ! Voil quelques nouvelles du Sud !

Bises tout le monde. Rene

samedi 12 janvier 2008

Serge Manille !

tout est alle tres vite depuis le 3 novembre... demenagement, visa, hotel sur paris, arrivee sur Manille et toujours a l'hotel au moins jusqu'a fin janvier! je prend enfin le temps aujourdhui sous 30 degres de repondre a tous mes mails en retard... Arrivee depuis le premier decembre, bouscule entre les procedures administratives, la recherche de la maison, la voiture (fo dire que je fais pas grand chose la dessus, surprenant non ?... merci Nassi), mon nouveau job et les fetes de noel, quasiment tous les semaines... alors par koi commencer...

La maison; une agence de relocation se charge de tout, reste que tout ce que l'on a visite sont des maisons enormes, qq 300 m2, pas toujours tres clean donc on continue apres en avoir visitee une petite vingtaine... Nous devrions etre dans le quartier d'Alabang, un petit village de 30 milles habitants. Residence gardee, il faut montrer patte blanche. La misere est juste a cote; gosse de 5 ans dehors en train de rechercher je ne sais koi dans un tas d'ordure, pied nu, tee shirt pour seul vetement ... c'est tres violent... reste que 5 metres plus loin, tu peux voir les memes gamins rire aux eclats sous une gouttiere...

a cote de ca, c'est l'opulence a l'extreme, un service exceptionnel, des gens qui t'ouvrent les portes devant toi quand tu passes, good mo'nin sir! good mo'nin Ma'am! , chauffeur..fausse impression d'etre le mec le plus important sur terre...

Quant aux Philippins, toujours en train de chanter et dancer. Cote boulot, c'est dur, 7h du matin, 7h du soir et j'ai pas 5 min... mais ca reste un plaisir de bosser avec eux quand tu vois leurs engagements totals et leurs bonnes humeurs...grosse difference avec la France d'autant plus qu'ils sont tres qualifies. Tout cela se fait dans une embiance tres cool.

nous avons fete 3 fois noel dans l'usine...karaoke, dance...un autre monde... je me fait prendre en photo toute les 30 secondes par les operatrices avec leur telephone portable...surrealiste!

ils sont genialement droles malgres leurs situations...fo pas tomber malade, ca ne pardonne pas. un operateur a du debrancher son fils malade car plus d'argent... il s'est endette de qq 3000 euros sur plus de 4 ans. l'hopital ne veut pas lui rendre le corp car il ne peut pas payer... sordide.

c'est sans arret l'alternance du chaud et du froid maid toujours de grosses emotions...des orphelins sont venus chanter a l'usine pour recolter de l'argent... ca prend aux tripes...en retour, nous (l'usine) allons leur rendre visite et leur presenter le spectacle realise pendant la christmas party.

La vie  est tres americanisee, building, des malls (il ya meme des messes!), starbuck coffe, mc do...

il faut sortir de Manille pour se rendre compte que l'on est dans un autre pays! premiere plongee le wend dernier, c'etait le monde de Nemo en direct ! fabuleux!

Bruno sur la cte du Michoacan

coucou, Jespre que vous avez pass de bonnes ftes. Pour ma part, pour le soir de Nol, on a eu droit des tacos de pollo en guise de foie gras, arrss de bire Modelo en guise de Champagne, ensuite on a pris des quesadillas dans la rue en guise de dinde et on les a fourres (si si) de frijoles (haricots) en guise de marrons et pour finir on a achet des magnums (merci Holanda) en guise de bche glace... cela dit, on n a pas se plaindre car depuis plus dune semaine, on se gave de fruits de mer quon en peut plus.

Ces vacances improvisees se passent  merveille :
arriv  Manzanillo, ville de l'tat Colima borde de magnifiques baies, 12h de bus tout de meme et dans l apres midi aprs larrive, mon coeur ne battait plus qu  44 battement  la minute, on ne sort pas indemne de plusieurs semaines  la capitale, donc grosse sieste obligatoire sur une des plages  regarder la mer bleue et limpide sbattre  mes pieds et le soleil en profiter pour y plonger lentement...
Puis on a descendu la cte du Michoacan, imaginez 250 km de plages quasi dsertes... Donc des plages magnifiques, une douce chaleur, du soleil, la mer ainsi que des crevettes dlicieuses, quand nous ne les trompions pas avec des poissons fraichement pchs, taient au rendez-vous. On a mme vu des tortues venir pondre le soir  la tombe de la nuit, cest toujours aussi mouvant, puis le 27 on est all  la liberation dans la mer de 100 mille tortues tout juste closes, spectacle mga impressionnant que je n avais encore jamais vu depuis le temps que je le dsirais.
On est remont ensuite au dessus de Colima pour voir de prs le Volcan de Fuego, un des volcans en activit de Mexico, trs beau mais il ny avait que de la fume, pas de coule de lave. On en a profit pour faire un Temazcal rustique avec un couple d'indiens nahuas du cru excellents et inspirs : 2h30 de vapeur et dherbes dans un igloo dargile  moiti nus sur la terre  communier avec la "Madre Tierra" pour ouvrir nos pores et nos chacras et vacuer toutes nos mauvaises nergies. 
Ensuite Acapulco, la ville de la luxure par excellence pour la fin d'anne : un temps excellent, plage, mer, soleil pour accueillir cette nouvelle anne en toute tranquillit.

Puis retour  Mexico o le froid est l.

Bonne anne  tous,
   Bises,
       Bruno

mercredi 14 novembre 2007

Virginie et Cdric Quito !

Coucou,

Et oui on a mis du temps donner des nouvelles mais vu comment vous allez encore rigolez cela valait le coup.

Juillet 2007: nouveau dpart, nouvelle vie en perspective: dpart dfinitif de Guyane avec dmnagement et vente plus ou moins facile des meubles ... On espre rentrer dans la maison qu'on a achet en Charente mais voil qu'il y a un problme, tous les papiers administratifs ne sont pas arrivs et peuvent ne pas arriver avant notre dpart pour Quito. Ma chance lgendaire, couple dsormais celle de Virginie est de retour. Finalement tout se termine bien, nous avons la maison le 16 juillet, nous sommes enfin des sales capitalistes embourgeoiss.......mais tellement heureux d'avoir enfin quelque chose soi ! Les vacances se passent trs bien, beaucoup d'entre vous sont venus nous voir et nous sommes super contents tandis que d'autres n'ont pas eu l'opportunit de venir. Tout se passe bien jusqu' dbut aot......................................................

aot 2007: scoumine et scoumoune sont dans un bteau, scoumine tombe, qui reste-t-il ? Comme en mai nous avions reserv un billet avec des miles d'air france pour conomiser un peu, on appelle flying blue (le service miles d'air france) pour demander pourquoi il y avait 18h30 de vol (!!!!!) et donner les dimensions des cages des chats. Tt l a a t le dbut des problmes: on a appris qu'il y avais 3 escales au lieu d'une annonce au dpart (donc pas trs bon pour les oreilles de Virginie qui fait des perforations tympaniques donc doit faire attention) et que (surprise!!) les chats ne sont pas enregistrs....donc on se dit qu' trois semaines du dpart de toute faon on n'a pas trop le choix donc on leur demande d'enregistrer les chats ,ils nous disent que l'on aura la rponse sous 48h et je vous laisse deviner.....et ben oui : 48 h aprs ils nous disent que les quotas sont dpasss et qu'ils ne peuvent pas prendre les chats....et ben alors comment on fait ? Si les chats ne partent pas Virginie non plus !!! ils sont dsols mais ils ne peuvent rien faire...alors que c'est eux qui ont merd en mai en ne les inscrivant pas sur la rservation. Vous connaissez Virginie elle est en larmes, tout le monde nous dteste, m'en fout moi j'ai l'habitude des plans foireux, mais je ne me fais pas de bile car ils se terminent toujours bien. Donc il a fallu trouver une solution que l'on finit par trouver avec la compagnie Delta (partenaire d'air france): une seule escale Atlanta, des chats autoriss et qui ne paieront que 40 dollars (30 euros) au lieu des 300 demands par Air France, plus de bagages autoriss (bien que l'on nous ait donn au tlphone 3 poids diffrents pour 3 diffrents appels, vive les renseignements!). Au final c'est mieux que sur le vol air france, n'est-ce pas tout est bien qui finit bien !!!!!!!!!!!!!!!!!! Et ben non, comment vous avez devin. J'ai quand mme l'ide de demander pour le problme du passeport aux USA car personne ne nous en parle. Pas de problmes qu'ils disent si les passeports sont biomtriques ou faits avant fin dcembre 2005. Nickel, ils sont tout les deux bons: 2003 pour Virginie et dbut dcembre 2005 pour moi....on change donc les billets d'avion en payant bien entendu des frais...!!! Sentant que l'on est pas dans un moment de veine, je rappelle compagnie puis l'ambassade des USA qui me dit que c'est valable jusqu'au 25 octobre 2005. Ah, je me disais aussi que c'tait trop beau. A 2 semaines du dpart on apprend que mon passeport n'est pas valable, que si je n'avais pas appel nouveau, on m'aurait refus aux USA et fait remont en direction de Paris, que c'est trop tard pour demander un visa pour les USA puisqu'il faut un dlai minimun d'un mois. Il nous reste donc deux solutions soit on rechange de compagnie arienne mais sans tre sur qu'ils nous prennent les chats ( cause des quotas et de la rponse 48 h aprs) soit on refait faire le passeport de cdric en urgence mais aussi son visa de travail auprs de l'ambassade d'Equateur (qui est Paris et que j'avais dj fait faire sur le passeport!).

Et l, j'ai craqu et ai trs srieusement envisag la solution de l'euthanasie pour Zia et Imothep...et de la bombe artisanale air france responsable de tous nos malheurs par leur incapacit bien grer un dossier. Finalement je me rends compte que Virginie vivrait assez mal de me laisser en prison et de voir ses chats servis dans un resto chinois. ET c'est l que l'on se dit que la CHARENTE est vraiment une rgion gniale, car que ce soit la mairie ou la prfecture, ils ont accept de me faire un passeport biomtrique en moins de 8 jours. Bien sr il a fallu que je pleure et que je raconte nos dboires, qu'ils doivent encore raconter le WE leurs amis en rigolant. Et oui des trucs comme n'arrive pas tous les jours dans la campagne charentaise. Ne voulant pas payer un nouveau voyage Paris pour l'ambassade d'Equateur, j'ai russi l aussi leur envoyer un chronopost qui m'est revenu 48H plus tard,a vec le prcieux csame, mon permis de travail. A J moins 6 on tait enfin sauv et on n'avait gch nos derniers jours de vacances pour ces cons. Mais c'est pas fini.....



Pour les chats ,il fallait, on le savait tout un tas de papiers administratifs (j'adore les animaux)... le dernier tant un tampon de la direction des services vtrinaires d'Angoulme sur leur certificat de bonne sant (qui doit tre de moins de 5 jours) et leur certificat de vaccination contre la rage. Donc vendredi (on partait le dimanche Paris), aprs la visite chez le vto nous voici partis avec les papiers des chats pour les faire tamponner....et l on apprend que sur les papiers qu'ils ont les USA demandent aussi ce que cela soit apostill par le tribunal d'instance (alors que j'avais tlphon l'ambassade et qu'il n'en ont pas du tout parl). Donc on va au tribunal d'instance d'Angoulme qui ne peut pas me les "apostiller" puisque cela se fait la cour d'appel de bordeaux (1h30 de route pour y aller, on est vendredi il est 17H !) et qui leur faut un dlai de 10 jours.... Comment je peux faire apostiller un papier qui doit avoir moins de 5 jours alors qu'il faut 10 jours pour le faire.... La dcision est prise nous prendrons l'avion avec les chats sans l'apostille et si il nous disent quelque chose on les renverra a leur ambassade Paris... y'en a marre maintenant!!!!! Et lundi matin nous nous sommes donc prsents avec nos bagages et les chats au comptoir Delta et comme si a suffisait pas ,l,on a appris que puisque l'on avait fait la rservation par flying blue pour les chats ce n'tait pas le tarif de delta qui s'applique mais celui d'air france par contre c'est bien delta qui encaisse tarif : 150 E / chat au lieu de 40....: boom dans ta face, 300 euros en plus ou tu laisses les chats l'aroport nous dit-on. Bon moi j'ai bien hsit mais Virginie.....

septembre 2007: Quit'o ? Enfin voil, on a pris l'avion (avec les chats) nous sommes arrivs entier Quito (quelques jours aprs l'avion d'Iberia a atterri sans train d'atterrissages) et ils ne nous ont perdu aucun bagages(hip hip hip hourra!!!) Nous voici arrivs Quito, aprs un mois de galre, des fins de vacances gches et 500 euros dbourss en plus cause de l'incomptence d'air france.... Virginie a du mal marcher et respirer (2900 m d'altitude, la plus haute capitale aprs La Paz). des amis de Mexico nous hberge chaleureusement. Pour les remercier je fais encore des miennes. ici les portes se ferment de l'intrieur par un loquet et sans faire exprs, JE VOUS LE JURE. En sortant de notre chambre, mon pull crochte le loquet et quand on veut revenir dans la chambre, impossible de rentrer et il n'y a pas de cls. Passe par la fentre allez-vous me dire, mais ceux qui connaissent la Guyane et l'Amrique latine savent qu'il y a des grilles aux fentres et donc on est samedi ou dimanche et on ne peut plus accder la chambre. On essaie de forcer la serrure comme dans les films (agrafes, fil, feuille papier), puis je prend un balai et j'essaie par la fentre de faire tourner un tout petit loquet de MERDE. Au bout de 3 heures o on n'a que foutre deux jours de la rentre, SUPER CEDRIC parvient enfin dans un norme coup de chance dsespr rparer sa grosse btise qui fait rire puis pleurer tout le monde: quelle poisse ce gars, fait-on bien de l'hberger ?

Ensuite c'est la prsentation du lyce: 3 lamas sont en libert dans la cour, il parat que vite de payer un gars pour tondre, tellement bouffe tout, ils mettent mme la tte dans les poubelles ! Plus tard l'un d'entre eux profitera de la porte ouverte dans ma classe pour rentrer gentillement faire de l'histoire-go. cela m'a permis de motiver mes lves en leur disant que mme les lamas voulaient assister mes cours ! Les gens du lyce sont sympas, les collgues aussi, les lves sympas mais ne foutent rien comme Mexico, ils ne se prennent pas pour de la merde. J'ai d'ailleurs la fille du premier ministre, les enfants d'autres ministres et du consul de France, cela me change de mes saramakas, amrindiens, croles et autres Haitiens, mais qui avaient aussi leur charme. Une de mes collgues n'est autre que la femme du prsident de la rpublique qui s'ennuie au palais prsidentiel. Ccilia aurait pu faire pareil au lieu de divorcer, aller bosser dans un collge de banlieus puisqu'elle ne se sentait pas chez elle l'Elyse ! bref le prsident de l'Equateur vient deux fois par semaine au lyce amener ces enfants (que je n'ai pas cette anne) accompagn de ses 10 gardes du corps et d'un gnral. l encore fait bizarre au dbut mais on s'y fait.

Mimoune, elle s'attache nous trouver un appart: elle a carte blanche car je veux qu'elle soit l'aise. Elle opte donc pour un petit 180 m2, 15 mn du lyce, sur une pente de montagne avec donc une superbe vue sur la ville moderne. Un immense salon salle manger avec vue sur le pinchicha (un des volcan qui entoure la ville), cuisine, 2 chambres, 1 bureau, 3 salles de bains (dont une qui communique directement avec notre chambre), 4 toilettes (l'appartement etant tellement grand !) et une chambre de bonne qui nous sert de dbarras. Nous avons galement un ascenseur qui arrive directement dans l'appartement, deux places de parking dans l'immeuble (nous ne sommes que deux familles) et une cave et tout cela pour seulement 400 euros par mois !!!!! autant que notre 70m2 de Kourou.

Sinon, je suis dj le maitre de Quito !!! ayant dj des contacts musicaux, j'ai particip ma premire mission de radio et ayant donn mon numro de portable comme d'habitude!, pour la premire fois il a sonn toute la journe.... du coup nous sommes invits aller voir plein de groupes dont certain en concert et d'autres en studio; et ce propos lors du premier concert que nous sommes alls voir nous avons fait coup double puisque Virginie a galement eu droit son premier tremblement de terre, bon au dbut elle n'avait pas trop compris que c'tait la terre elle pensait que c'tait les vibrations de la sono mais j'ai eu la bonne ide de lui dire la vrit (quel sadique ce gars), du coup elle a pass la fin du concert regarder si il n'y avait pas une faille qui s'ouvrait pile poil entre ses deux pied, comme dans les films amricains !!!!!

Alors L'Equateur, vous allez me dire c'est quand que t'en parles!!!! et ben en fait j'ai pour la premire fois des terminale et on sort pas beaucoup: 3 fois dans le centre ville historique, patrimoine mondial de l'humanit et trs beau en effet. de plus ce n'est pas un centre ville muse (mort) mais trs vivant, beaucoup de mouvement, de gens y habitent. Sinon quelques prix pour vous faire peur: on mange midi pour 1 euro, on va chez le coiffeur pour 70 centimes d'euros, on trouve des DVD pirates en magasin (les vrais cela n'existe pas ici) 1 euro. Dans les centres commerciaux, il ne faut pas y aller le WE car c'est bond, les Equatoriens passent leur WE dedans. Dans les patios de comida (zones de restauration dans ces centres commerciaux, il y en a ct de chez nous), lorsque l'on commande quelque chose, on nous file un bip. on va ensuite s'asseoir et quand le bip sonne trs fort, qu'il doivent tout rouge comme si c'tait une bombe, alors c'est que son repas est prt on peut aller le chercher. c'est beau la modernit. Le top cela a t qu'il y a avait un match de foot sur cran gant donc on s'est install en face. les images: On voit des gens en train de discuter dans les gradins. je me dis OK c'est la mi-temps, mais je la trouve longue quand tout coup on voit les gens se lever, appalaudir et le score s'afficher. Quelques minutes plus-tard rebelote. Et alors je comprends que quand la tlvision n'a pas les droits de retransmission, elle rentre quand me^me dans le stade et montre pendant 90 minutes les mmes gradins. Trop fort on passe une heure et demi devant la tl regarder des gens en train de regarder quelque chose, de manger, de boire, de discuter, d'aller aux toilettes, et de temps en temps se lever pour applaudir un but. trop fort ces Equatoriens, on devrait faire pareil pour les matchs de Marseille ou du PSG en France on s'emmerderait moins !

Octobre 2007: premire aventures de Pierre Richard en Ecuador Un collgue nous invite dans la maison qu'il vient d'acheter la frontire colombienne. La seule chose que ma belle-mre nous avait demand tait de ne pas aller dans cette rgion un peu dangeruese cause des FARC. mais moi je voulais bien serivr d'change contre Ingrid, mais ils n'ont pas voulus de moi je portais trop la poisse. En effet lors de ce sjour en rgion chaude, on fait connaissance du trs sympathique voisin du collgue qui travailel rgulirement pour les FARC dans leurs camps de transformation de cocane. Il est trs sympa par ailleurs et puis peut toujours servir d'avoir des potes dans ce milieu non ? Le copain veut monter une entreprise touristique de vlo-rail dans un lieu idyllique car il a lou les vieilles lignes de chemin de fer abandonnes. Le village est sympa mais les gens un peu bizarre: les hommes se bourrent tous la gueule la nuit, les femmes les ramnent la maison le matin en sang car ils se sont battus. Ainsi un de nos voisins s'est battu la machette et a tranch l'oreille de son concurrent. Belle coutume n'est-ce pas ? Ensuite notre guide se coupe les doigts alors qu'il va chercher les passerelles en fraille qui servent traverser les rivires comme de l'accro-branche ou de latyrolienne. il a laiss ses doigts sur le cable et la poulie lui a cras les doigts. je continue dans les dtails gore ???

Ensuite c'est la vraie visite du centre-ville historique de Quito avec une historienne, visite organise par une association franaise qui s'appelle ADFE. on a pay pour participer et le jour de la visite, on nous dit que cette visite c'est quand mme mieux que le repas organis par la AFE. l on demande des explications et on apprend car Quito comme dans tous les pays trangers il y a des associations politises franaises. En venant cette visite on a adhr sans le vouloir l'association dmocratique des franais de l'tranger, proche du PS, et concurrent de l'AFE, l'association des franais de l'tranger, proche de l'UMP. ben merde alors on s'est fait enrler sans le vouloir. Beaucoup de collgues du lyce sont dans l'ADFE.

Bon je vous parle par du lyce car cela se passe normalement, si ce n'est que l'un des soirs de rencontre parent prof o comme d'hab je suis parti le denier vers 22H, je me suis fait charg par un lama, qui ne m'a sans doute pas reconnu la nuit ou qui est aussi pay pour faire fuir les intrus. c'est intelligent ces btes. Le lyce a ft ses 40 ans avec un discours trs politique et un peu anti-franais du prsident Correa. Quelques jours plus tard ont eu lieu des lections avec la loi qui interdit de vendre de l'alcool partide 3 jours avant. pas de bol c'est le WE que l'on a choisi pour la crmaillre ! par contre le jour de l'lection c'est la fte. nous sommes ct d'un centre de vote et toute la journe dans la rue s'est devenu une kermesse: boisson, saucisses, ballons.... Pour les footeux , je dirai que l'on habite pas loin du stade et que nous sommes alls voir des match de qualification de coupe du monde de l'Equateur. Sinon, le climat est bon: 15 le matin et 25 l'aprs-midi donc pas trs froid sauf quand il pleut. Virginie elle se repose la maison aprs 5 anne bosser 70 heures par semaine, se met l'espagnol en allant rencontrer les gens et me fait des plats toujours aussi savoureux.

A la toussaint nous sommes alls visiter la ville de Guayaquil qui apparemment a beaucoup chang ces dernires annes car elle avait mauvaise rputation mais on n'a rien lui reprocher, si ce n'est sa bouffe pas frache, ses taxis pourris et trs chers la gueule du client. En fait nous avons choisi le grand port du pays parce que le climat se rapprochait de la Guyane et car il y avait un concert de Soda Stereo, le Tlphone/Police latino, hyper connu dans toute l'Amrique du sud, qui comme Police vient de se reformer pour une grande tourne. l je me prends une claque dans la gueule: 40 000 personnes chantant tue tte pendant 2H30, je n'ai jamais vu en France, mais c'est vrai que fait 10 ans que je suis parti et que je dteste Johnny ! Virginie vomit dans le bus du retour, faut dire que ici les bus sont hyper-dangereux: ils roulent trs vite dans les virages, doublent sans visibilit, en s'arrtent pas aux feux, bref mme moi j'apprhende de conduire ici, mme le Mexique c'tait du gteau ct d'ici. On a aussi achet une vraie flte de pan et on va apprendre car on veut devenir de vrais indiens.

Novembre 2007: je t'aime, un peu, beaucoup, passionnment..... Dbut novembre, matin du vendredi 2 novembre (anniversaire de Virginie), je rveille ma tendre 7H lui annonant de faire ses valises car quelqu'un venait nous chercher pour une surprise. Je l'ai en effet emmen pour nos 6 ans et son anniversaire dans une des haciendas les mieux du pays, un hacienda coloniale avec des vestiges d'un palais inca, une vue sur le magnifique volcan du Cotopaxi, ballades cheval, lamas en libert qui viennent nous voir, visite d'un lac dans un cratre, d'un vritable march indien, chambre romantique....

Et aujourd'hui 10 novembre, une semaine de mon anniversaire (n'oubliez pas vous autres), je passe seul mon samedi au lyce avec 25 lves de terminale qui j'ai eu la mauvaise ide de donner un bac blanc. L encore a bien failli foir, car quand j'arrive une heure l'avance, je vois qu'une des deux photocopieuse est en panne et que sur l'autre je dpass mon quota. bref 30mn du coup d'envoi, je vais encore avoir l'air ridicule car je ne peux pas leur donner leur sujet. Heureusement que le concierge a les cls de l'administration et que je peux y faire tout juste temps les photocopies tant dsires. Bref maintenant j'en ai pour 25 heures de correction, tellement ils ont crit de pages. Ensuite avec Virginie on a fait 2H de queue pour acheter des billets pour une des corridas de la fte de Quito, les corridas les plus belles d'Amrique du sud. ET voil qu'enfin je me dcide tenir ma promesse d'il y a deux mois de vous envoyer un mail.

Je sais ce n'tait pas si drle que cela, mais vous avez un aperu de notre petite installation. Nous allons sans doute bientt ouvrir un blog pour y mettre nox vidos et photos.

Bon maintenant vous de nous faire un paragraphe argument de 2 pages sur votre parcours depuis aot.

Bises Elcedrico y Virginia de los Andes

jeudi 1 novembre 2007

Cdric Guayaquil

je viens de rentrer de Guayaquil aprs 9H de bus. Super le cocnert de soda stereo avec 40 000 personens chantant du dbut la fin. Vision mitige de Guayaquil.

mercredi 17 octobre 2007

Gilles Mayotte !!!

Comment expliquer simplement que le climat me convient trs bien pour l'instant ? Peut-tre par le fait que je suis toujours en tee-shirt le matin, la journe, le soir, la nuit, quand je ne suis pas poil ! Beau, couvert ou pluie, toujours en tee-shirt !

Bon, part a, je dcouvre l'le et son lagon. La semaine passe je suis sorti en catamaran, Hobbie 16 pour les connaisseurs, on a fait une quarantaine de bornes dans la journe pour chercher les baleines bosses derrire la barire de corail. Nous n'avons pas vu les baleines, mais plein de dauphins. On a plong sur la barrire, dans une eau suberbe, et l, encore et toujours, grandiose ! C'est tout nu et tout bronz sur la mer, la terre est loin, et sous la flotte, v'est le spectacle assur : poissons, coraux, ... je ne m'en lasse pas. Hier, sortie vtt avec 4 collgues qui ont bien la pche. Au menu : visite de la brousse en vtt, ses chemins de rando, ses sentiers saisonniers, ses collines, ravines, valles encaisses, passage de ruisseaux et rivires, au milieu des bananiers, cocotiers, manguiers, flamboyants, bambous normes et gants, les fameux ylang-ylang de Guerlain, dont on tire une essence sublime qui sert de base dans la confection de la plupart des parfums. Odeurs enivrantes qui rgalent le corps et l'esprit, trs bnfique parait-il. Oserai-je dire que je ne me lasse pas non plus de ces odeurs d'pices et de parfums ? Cela me change des brouillards de gaz carbonique rejets par tous les camions et bagnoles souffreteux de l'le (dont la mienne, joli tas de rouille !), ainsi que des odeurs de poisson pourri, de charognes et de poubelles ... mais je n'ai pas le nez sensible, quand cela m'arrange. Cette sortie vtt s'est termine de nuit, sans lampes, dans un dcor inconnu, essayer d'viter les noix de coco, les pierres, les trous, les feuilles de palme, les zbus. Bilan : 32km en 2h10 de pdalage effectif. Les collgues m'ont gt pour ma reprise ! La sant est donc bonne, mon corps s'adapte l'effort dans la chaleur, je suis rentr en nage, tee-shirt et tout le reste trempe de sueur ...

Ce we je pars avec des amis bivouaquer sous la tente Saziley, presqu'le de lieu de pontes des tortues marines, pour les observer de nuit faire leurs trous mare haute pour pondre leurs oeufs. Avec au programme voul, chasse sous-marine, farniente, ...

Et puis j'ai commenc sculpter bois et pierre. En effet la semaine passe, alors que je me baladais en brousse la recherche d'une carrire perdue, je suis tomb sur un vieux shimani bcheron de son tat, qui venait d'abatre des arbres normes et qui fabriquait bastaings et planches avec une trononneuse tout aussi norme. Je suis all le voir, discut, bataill, gars sympa, il tait ok pour me donner des gros rondins de bois dont il ne se servirait pas. Je lui ai expliqu ce que je comptais en faire, et du coup on est partis sur une autre parcelle pour me donner de gros rondins de bois "noir", marron en fait, mais dur comme du chne. Je lui ai propos de ramener chez lui ses poutres et ses planches, sur ma voiture, l'aide de mes barres de toit, pour lui conomiser la location du camion plateau. Je suis revenu le lendemain pour finir de charger ce que j'avais laiss en planches et en rondins. On tait bien videmment trs contents lui et moi, il a quand mme tenu m'offrir un norme jaquier (qui ne rentrait pas dans la voiture tellement elle tait charge) et des bananes. Il faut dire que la pauvre R5 tait bien basse sur la route. Si j'avais 8 cm de garde au sol au parechoc AR c'tait bien le maxi ... Mais elle a tenu bon, les suspensions n'ont pas lch, les pneus non plus, on a quand m^eme bien rigol. Et puis, je reviens quand je veux chercher du bois ... C'est-y pas beau la vie ? J'ai trouv des blocs de rochers en brousse, du basalte et je ne sais pas quoi, que j'ai commenc travailler.

Et puis j'ai une super bibliothque deux pas de chez moi, avec plein de bd que je n'avais pas encore dvores. Et puis et puis je corrige mes 6 ou 7 tas de copies par semaine, au cas o je m'ennuierai !!

Bon voil, cela va tre a mon quotidien. C'est ce que je voulais, c'est ce que je suis venu chercher.

Je vais essayer de partir Madagascar pendant mes vacances d'octobre, pas vident car toutes les places sont rserves depuis 10 mois. Les agences pratiquent ici un systme dbile : tu rserve ton voyage une ternit l'avance, tu ne payes pas, tu payes deux semaines avant de partir. Ce qui fait que bcp de monde rserve plusieurs destinations diffrentes pendant les mmes congs, pour se dsister au dernier moment. Systme abrant !

dimanche 30.09

J'ai oubli de dire que je cueuille des papayes, des fruits de la passion et des bananes dans mon jardin, il y a aussi un ananas qui pousse. Il y a 15 jours j'ai pch mon premier poulpe et ma premire langouste (langoustine !). Ce we donc j'tais Saziley avec le groupe que nous formons (nous tions 22 !), certains sont partis en barque avec tout le barda pendant que nous autres faisions la balade en brousse avec de superbes plages dsertes (car inaccessibles) et de superbes paysages. Nous avons observ tout le cycle de la ponte, j'ai vu 5 normes tortues (plus d'un mtre), bivouaqu sous tente ou hamac, fait des feux pour cuire la bouffe, (plats runionais), fait la fte, moi je suis rest presque 4 heures dans l'eau pour observer les poissons les coraux les tortues (la routine quoi !), j'ai taquin 3 langoustes mais elles ne voulaient pas revenir avec moi (tant pis pour elles !) mais j'ai ramen une cigale de mer, qui parait-il est meilleure que la langouste. J'ai dcompress du stress quotidien quoi ! ah ah !

Madagascar est au point mort. Peut-tre que je vais partir Moheli aux Comores avec deux amies, en petit avion de 4 places. Je le saurai cette semaine. Peut-tre !

Voil, je vis tout le temps dehors, c'est vraiment chouette. De belles vacances.

mercredi 26 septembre 2007

depuis Quito, Ecuador !!!

festival ska et rock au centre ville, c'est gratuit et tous les WE, et pas tard pour que les gens des quartiers priphriques puissent venir. beaucoup de ska punk la mexicaine avec les gamins qui pogottent (?) devant la scne.

j'ai discut avec un groupe sympa Suburbia (fusion salsa et un autre avec fusion pacillo, musique locale). Rocola Bacallo est en train de se sparer.

Premires secousses sismiques aussi dans ce centre ville mais personne n'a bronch ce n'tait rien. De mme le WE les rues du centre ville sont fermes la circulation et les gens se baladent en vlo c'est trs sympa et c'est la premire fois que je vois un pays d'amrique latine avec autant de cyclistes, surtout des familles.

La vie a vraiment l'air trs agrable ici. je vais aller voir Vico C et deux autres groupes le 11 octobre puis Soda Stereo. La semaine prochaine c'est les lections, la toussaint on va Guyaquil et peut-tre Noel aux Galapagos avant qu'ils ne rduisent encore le nombre de touristes et que, comme les sites mexicains, on ne puisse plus accder certaines les...

Cdric.

mercredi 19 septembre 2007

Gilles Mayotte !!!

Cela fait prsent 5 semaines que je suis sur l'le de Mayotte. Je prends enfin le temps d'crire qq mots. Pour viter de faire de trop longues phrases qui risqueraient de me plonger dans une certaine torpeur, chaleur ambiante aidant, je me contenterai plutt d'images et de sensations. La chaleur tout d'abord, trs agrable, trs supportable, surtout la nuit. Mme si parfois j'attrape de petites sues en crivant au tableau alors que les ventilateurs tournent fond. C'est encore l'hiver ici dans l'hmisphre sud. L't (novembre-mars) est parat-il irrespirable, c'est la saison des pluies avec un taux d'humidit qui dpasse allgrement les 90%. Je pense que je vais apprcier plus encore le ski dans les Pyrnes Nol ! L'installation s'est bien droule, vu que ma cousine me prtait son appartement et sa voiture en son abscence. Axelle et Mava ont pu donc passer des vacances pas stressantes. J'ai pu faire mes multiples dmarches tranquillement : chercher une maison, l'emmnager, ouvrir les compteurs gaz, eau, lectricit, tlphones fixe et mobile, assurances, caisse de scurit sociale, rectorat, impts, perception, service cartes grises etc ... sachant que tu reviens plusieurs fois au mme endroit car il te manque tjs un papier ou une photocopie ou un dossier ... mais bon, a y est c'est rgl, j'ai mme internet (52 kbits/s, quand a fonctionne ...) c'est le moyen-ge ici, le matin 6h. Parce que si tu veux te connecter dans laprem ou la soire, cest carrment lge de pierre ! Il faut vraiment avoir envie d'allumer ton ordi et de consulter ta messagerie car l'extrme lenteur ne t'encourage pas persvrer et patienter...De toutes les faons, il ne faut pas tre press pour bcp de choses ici !

Avec les filles nous sommes sortis en mer voir les baleines bosse, elles ont nag avec les dauphins et les tortues gantes, donn des bananes manger aux maquis (lmuriens), observ les margouillas et les roussettes de jour comme de nuit (normes chauve-souris frugivores), ramass des coquillages, observ les poissons en snorkelling (palmes masque tuba), mang tout un tas de choses (mabawas, riz sauce, brochettes de zbu et de poisson comme le thon, mrou, thazard, vivanaux, poulpe, mang des lgumes et fruits exotiques (!) papayes, oranges, ananas, bananes (il y en a 17 sortes sur l'ile, que l'on mange frites en lgume ou crues) , fruits de la passion, jacques, manioc, arbre pain etc ... on s'est balad au milieu des bananiers, baobabs, manguiers, vanilliers, canneliers, cocotiers, citronniers, flamboyants, canne sucre ... des plages superbes, au sable blanc, jaune, gris, bistre, beige, gris, noir, cendreux ... balades en barque moteur avec pcheur pour aller aux ilts jouer les robinsons et faire des vouls (pique-niques), des restos 4 par personne etc etc ... enfin des vacances quoi.

le boulot a commenc pour moi, et pourtant tous les soirs j'ai l'impression que les vacances continuent ... Mon lyce est trs agrable, petites structures ares, passerelles extrieures pour accder aux salles d'tage, grands arbres, bcp d'ombre, lves pas nervs du tout, pas si faibles que a non plus, les cours se passent tranquillement avec bonhommie, plus besoin de faire le gendarme ... j'ai 4 classes, dont 3 de SMS (sanitaire et social), donc avec une grosse majorit de filles, la plupart mignonnes et pas encore trop rattrapes par l'obsit, de bons patrons humains, proches des lves et des profs, et des collgues souvent heureux d'tre l. Comme moi ! Pour couronner le tout, sur mes 18 heures de cours, j'en fais le tiers en demi-groupes. Que demande le peuple ? Je suis all le chercher loin mon lyce mais cela semble valoir le coup ! Cela me redonne got l'enseignement, got qui commenait s' roder...

Que dire d'autre ? Ma maison : en quartier mahorais avec assez peu de cabanes en tles et en bois, donc plus quartier que bidonville, jardin (j'ai ramass un rgime de bananes sur un de mes bananiers : plus de 60 bananes !), grande terrasse couverte avec trs belle vue sur la mer (c'est un ancien restau crole), avec des barreaux en fer la place des fentres, une maison dite "scurise" ... car le revers de la mdaille de ce portrait idyllique c'est qu'il y a bcp de violence qd mme ici. Je ne peux pas comparer avec les banlieues de Marseille ou de Seine Saint Denis mais bon ! Les cambriolages sont quotidiens, les vols de bagnoles et de fringues en train de scher aussi, ... et aussi bcp de choses plus graves aussi ... je ne m'tendrais pas sur le sujet mais juste dire qu'il faut tre trs vigilant, sans pour autant tomber dans la paranoa. Sans connatre pour l'instant de sentiment anti-mtro comme en Guyane et aux Antilles, il semblerait que l'le connaisse une flambe de violence sans prcdent depuis deux ou trois ans. Mais j'tais averti, c'est sur tous les forums de discussion ! Principalement due l'immigration massive des autres les des Comores, distantes d' peine 70 km. Aux Comores, ils crvent de faim, de maladie, pas d'cole, pas d'hpital, pas de tout en fait. D'o les flots ininterrompus de kwassas-kwassas (barques de pcheurs pour 6 personnes l'origine et sur lesquelles ils s'embarquent 40) vers l'le de Mayotte, le nouvel eden de l'Ocan Indien.

Sinon la population mahoraise est le plus souvent assez agrable, les discussions sont faciles.

Le ventilateur chasse les moustiques omniprsents ds la tombe de la nuit (18h) jusqu'au lendemain (6h). Il n'y a qu'une heure de dcalage mais cela suffit pour dsorganiser son petit train-train mtropolitain : je me couche vers 21h (20h paris), et me lve 5h (4h Paris). Et lors du passage l'horaire d'hiver il y aura deux heures de dcalage. C'est fatigant les tropiques, on dort bcp, ou alors on fait la sieste, ou les deux !

Mes activits : le boulot d'abord, car le lyce ce n'est qd mme pas rien. Les plages ensuite : apne, visite des tombants en palmes masque tuba, je ne m'en lasse pas j'adore nager dans cet aquarium gant ... des poissons magnifiques par milliers, rasquasses volantes, murnes, mrous, perroquets, poissons coffre, trompettes, tortues, pieuvres, langoustes, gorgones, coraux splendides, il existe des centaines de poissons superbement colors de toutes formes de toutes dimensions. C'est hallucinant vraiment l'impression de nager dans un aquarium de poissons exotiques, c'est un rgal pour les yeux ! Les sorties sur les ilts, les jeux de plage, badmington etc ... Bientt des sorties vtt en brousse, voile sur le lagon, plonge en bouteilles, pche, kayack de mer ... Je respire le temps qui passe, je ne me lasse pas de regarder le jour se lever sur le lagon depuis ma terrasse, et les couchers de soleil aussi bien sr !

Et puis ... il y a Madagascar tout proche, que je compte commencer dcouvrir ds le mois prochain ...

Il y a aussi la Runion, les Comores, les Seychelles, Maurice, Rodrigues, lAfrique du Sud, Zanzibar, le Mozambique, le Kenya, l'Asie

Demain commence le Ram dents pour un mois, tout va tourner au ralenti, dj que cela navanait pas trs vite !

Et puis pour les photos faudra attendre un peu, il faut aller voir sur internet ils font a trs bien !

Voil, 5 semaines qui ont pass trs vite. Je me sens bien ici, vraiment laise, le climat me convient tout fait. La petitesse de lle ne m'a pas encore rattrap. Certes, mes racines et mes proches sont loin. C'tait le prix payer pour raliser ce rve d'adolescent.

Il y a des gens qui fuient ce petit bout de terre en courrant, une bonne proportion qui y passent un sjour plus qu'agrable. Pour moi, jusqu'ici, tout va bien ...

Gilles.

mercredi 12 septembre 2007

Laurent en Argentine !!!

Alors voil quoi, certains d entre vous avec qui j ai pass quelques moments en France ces 2 derniers mois devaient bien se demander l actualit du franchute de retour en Argentine

Le temps s est arrt vendredi vers 20h, heure localeil fait chaud mais pas beau, l hiver se termine avec un 30 degrs ( ??) et les orages menacent. a, c est l actu mto ! A mon arrive les douaniers argentins ne se sont pas privs pour me faire un rsum du match de rugby qu ils sont alls gagner chez nous, dans notre stade, dans notre pays ! tout de suite, a met dans l ambiance

20h, j arrive devant chez moi c est une maison en plein centre de Buenos aires que Nina a trouv il y a un mois et dans lequel elle a emmnag samedi dernier (le 1 sept) mon cur battait 100 l heure, 3 mois et demi que je n ai pas vu cette fille, 3 mois et demi que nous ptons les plombs tour de rle via des mails, des appels et tout et tout putain !! elle est l, devant moi !!! elle me crve les yeux, me fend le cur et elle fond en larme !! je l aime trop attention aux psycozes lataps !!

le champagne est au frais, le dner soigneusement prpar, nous passons une belle nuit nous raconter, nous retrouver et rirele lendemain, petite promenade l ancienne dans ce quartier que je ne connaissais d ailleurs pas beaucoup avant d y arriver etsupermarch pendant 2h pour remplir le frigo bah oui quoi la vie de couple

dimanche, squat toute la journe avec mes potos et ses cops au bord du rio santo o dansent le tango tous les weekend les Argentins, ptite bouffes tous ensembles et retour la maison avec ma belle le temps s est arrt.

On est lundi, la proprio vient de nous envoyer l installation internet la maison, Nina parle avec sa mre via Msn et moi je vous cris ceci la maison est magnifique, on a une petite terrasse l tage o nous organisons un  assado , un barbecue samedi avec tous les potos et notre petit chat il s appelle : Felip !!

j ai jamais compris comment les gens pouvaient appeler leurs animaux avec un prnom, la proprio a choisi Philippe (en franais), j vous avoue qu on est pas emball par l ide, mais il est marrant et c est dj pas mal.

Voil pour les news from Buenos Airesje m y sens comme chez moi, et c est comme si je l avais jamais quittDont cry for me Argentina !!!

Lorenzo !!!

jeudi 6 septembre 2007

premires impressions de Cdric Quito, Ecuador !

trs bonnes premires impressions,

on dirait un village par rapport Mexico avec des vus superbes sur les volcans. les gens sont trs gentils les apparts (que l'on est en train de visiter) vraiment donns: 200 m carrs pour 450 euros ! chaque chambre avec ses propres toilettes et des salons qui ont tous des superbes vues sur la ville et les volcans. le lyce a l'air cool et on a vu les lamas en libert dans la cour ! on se sent l'aise car c'est moins touffant que Mexico et trs tranquille pour se ballader.

Cdric

Didier au Prou

on est parti 18 jours au Sud du Prou pour un priple

mouvement(Vol de

mon sac,passeport;carte bleue;etc/pannes de bus/terremoto) mais bref on vient juste de rentrer a Mont de Marsan et a fera des

histoires 

raconter.. On a quand meme vu tout ce que l'on souhaitait voir et le

voyage

tait super. Paysages grandioses, population trs sympa et attachante;

Nous n'avons appris l 'existence du tremblement de terre que par la

radio car a

ce moment la nous etions dans la partie andine,nous etions dans la

rgion

concerne la semaine prcdente..

   
Didier

mercredi 30 mai 2007

des nouvelles de Delphine au Venezuela

toujours beaucoup de travail...

le mmoire qui avance, le diplme qui dmarre (un projet de centre communautaire), et notre cooprative, en voie d'tre enregistre !!

l'objectif de notre cooprative est de travailler avec des communauts, sur d'appuyer la plannification, on l'a inscrite avec des copains, pour l'instant ingnieurs, architectes, administrateur...

on travaille en ce moment avec des jeunes d'un village de l'intrieur du pays ou se cultive notamment du cacao. on travaille sur place avec une quipe de sociologue, technicien agricole, et promoteur social...

on va construire avec la comunaut un centre culturel et commercial, avec un cyber-chocolat (pour changer du cyber-caf) et une bibliothque. le tout se fera en adobe, une technique de brique de terre faites sur place !!

l'exprience participative avec les habitants est trs motivante, et le projet bien coordonn, j'ai hte de faire ma premire brique !!!

lundi 23 avril 2007

Bruno et Fabien en Colombie !!!

On revient de 2 semaines en Colombie, on s'est rgal ! Quel pays magnifique ! Les gens sont super sympas, et beaux ! J'ai rarement vu des gens aussi beaux qu' Cartagne : les filles ont des sourires irrsistibles et des formes superbes. En plus le pays offre tous les paysages : les Andes et autres montagnes plus de 5000m, des villes coloniales, les Carabes avec des fonds marins protgs, le Pacifique, des sites archologiques, l'Amazonie, la savane...

      Bruno.

samedi 10 mars 2007

Ethanol contre tortillas : les Mexicains crient famine

mardi 6 mars 2007, 16h26 Ethanol contre tortillas : les Mexicains crient famine Par Marsupilami, sa biographie

Cet article a t rdig par un reporter d'AgoraVox, le journal mdia citoyen qui vous donne la parole.

Nous sommes San Jos, un petit village du Mexique, dans la cuisine d'une pauvre maison en pis. Comme tous les jours, Adelita prpare la nourriture de base pour son mari Diego et ses quatre enfants. Elle verse 500 grammes de nixtamal (farine de mas)-> http://sites.estvideo.net/malinal/notes/cocer.nixtamal.html sur la table, y ajoute une petite cuiller de sel et commence travailler de ses mains la pte qui se forme tandis qu'elle y incorpore progressivement de la graisse vgtale et de l'eau afin qu'elle soit mallable. Lorsque la pte est homogne, Adelita la spare en douze boules de la taille d'un uf, la laisse reposer vingt minutes sur la surface farine puis tend les boules en minces galettes l'aide d'un rouleau patisserie. Elle fait enfin frire le tout deux minutes de chaque ct dans une pole remplie d'huile d'olive.

Adelita vient de faire des tortillas que sa famille mangera accompagnes de frijoles (haricots rouges). C'est le plat traditionnel des pauvres mexicains qui reprsentent 70 % de la population de ce pays. Et elle se demande si ce n'est pas la dernire fois, tant le prix du mas augmente vertigineusement depuis quelques annes.

Rien que cet anne, il est pass de 5 10 pesos le kilo et son mari Jos ne touche que le salaire minimum, soit 613 pesos par mois (62,50 euros). Etant donn que sa famille, comme tous les autres pauvres, consomme 15 kilos de tortillas par mois et par personne, le calcul est vite fait : au dbut de 2006, son budget tortillas mensuel s'levait 375 pesos. Un an plus tard, il tait de 750 pesos par mois. Nettement plus que le salaire de son mari, mme si ce dernier vient d'tre augment de 3,89 %. La famine pointe.

De toutes faons, ce ne sont l que des chiffres, des abstractions qui ne veulent plus rien dire pour Adelita depuis 1999. Car cela fait longtemps qu'elle a remplac ses tortillas jadis quotidiennes par des soupes instantanes satures de mauvaises graisses, bourres de colorants industriels, satures de sodium et pour la plupart sans aucun apport nergtique produites par des industries locales ou tats-uniennes sans scrupules. Les tortillas dsormais, c'est pour les jours de fte. {Libralisation et malnutrition} Adelita est trs reprsentative des 70 % de Mexicains pour lesquels les frijoles et les tortillas sont la principale, et souvent l'unique, source de protines pour les 15 millions d'entre eux qui sont les plus pauvres (soit environ 15 % de la population).

Adelita ne sait pas que ses malheurs ont commenc en 1994, lors de la signature de l'ALENA, accord de libralisation du commerce sign entre les USA, le Canada et le Mexique. Un vrai march de dupes qui a surtout profit aux producteurs de mas tats-uniens, trs soutenus par leur gouvernement pseudo-libral et en fait archiprotectionniste. Bilan : tandis que les livraisons de mas tats-unien au Mexique augmentaient de 3 % par an depuis cette date, les tarifs douaniers baissaient de 8,6 % avec la mme priodicit, avec pour objectif leur limination totale l'horizon de 2008. Ce hold-up a ruin un trs grand nombre de petits producteurs mexicains.

C'est cependant en 1999 que les choses ont commenc srieusement se gter pour Adelita. Cette anne-l, le gouvernement de son pays, sous la pression des USA, dcide de libraliser (entre autre) les prix de la tortilla, qui s'envolent aussitt. C'est cette poque-l qu'elle s'est progressivement mise remplacer sa nourriture traditionnelle par ces putains de soupes instantanes sans valeur nutritive. Sept ans plus tard, une enqute nationale baptise Sant et Nutrition dmontrait que 60 % des enfants de moins de cinq ans souffraient de malnutrition et que 40 % des adultes taient victimes de diverses pathologies en rapport avec leurs carences alimentaires infantiles. Rien d'tonnant, puisque le prix de la tortilla avait pendant la mme priode augment de 135 %, ce qui avait pouss les consommateurs rduire leur ration quotidienne de 215 g 140 g.

La faute ces satans gringos, comme dit Jos, le mari d'Adelita ? Pas seulement. La libralisation du prix de la tortilla sous les auspices de l'ALENA a certes profit Cargill, gant de l'agroalimentaire tats-unien, mais aussi de grands cartels du mas mexicains comme Minsa et Maseca. Tout ce joli monde a su anticiper et spculer sur la hausse des cours internationaux du mas en ne mettant sur le march que des quantits de grain trs rduites, provoquant ainsi une envole des cours faramineuse : en 2006, Cargill faisait carrment la culbute sur la tonne de mas en 3 mois, l'achetant 175 dollars et la revendant 350 !

Des chiffres indcents qu'Adelita, devenue obse comme 60 % de ses concitoyens cause de la malbouffe, ne peut mme pas imaginer. Et elle ne peut mme pas essayer de s'approvisionner en farine de mas chez des petits distributeurs indpendants : Cargill & co contrlent quasi-intgralement le rseau de distribution et imposent leurs prix. La main invisible du march, Adelita se la prend en pleine gueule.

Et Adelita la misreuse n'a encore rien vu. Le pire est encore venir, avec la bndiction de l'vanglique et thanolique G.W. Bush. {L'lixir magique de G.W. Bush} Lors de son dernier discours sur l'tat de l'Union, G.W. Bush a lyriquement voqu un {lixir magique en mesure de rgler tous les problmes conomiques, environnementaux et diplomatiques}. De quoi parlait-il ? D'une pilule magique productrice de paix, d'harmonie et de bonheur invente par l'industrie pharmaceutique ?

Non. Il parlait de l'thanol, c'est dire d'cologie psychdlique faon big bizness coiff de stetsons et chauss de santiags sur fond de socits offshore dans des paradis fiscaux o la tortilla est un plat inconnu et o l'existence d'Adelita ne vaut pas le quart d'un billet vert.

Pour palier la rarfaction de la ressource ptrolire et par consquent la flambe de ses prix, les USA se sont avec frnsie lancs dans la production de biocarburant base de mas, dont ils sont un des plus gros producteurs et exportateurs mondiaux. Du coup, la spculation sur ce produit fait rage, les prix flambent et il est craindre que, trs vite, la quantit de mas disponible pour l'alimentation humaine et animale ne diminue dramatiquement par rapport celle consacre la production d'thanol pour bagnoles et camions tats-uniens.

La construction de distilleries d'thanol de mas est donc en plein boom aux USA. Le problme, c'est qu'un rapport officiel tats-unien estime que celles-ci auront besoin de pas moins de 139 millions de tonnes de mas d'ici la rcolte de 2008. Or le ministre de l'Agriculture ne prvoit qu'une production de 60 millions de tonnes... et il faudra donc trouver 79 millions de tonnes ncessaires ailleurs. Et donc en priorit au Mexique (source : Courrier International). Adelita a de srieux soucis se faire. En ralit, l'lixir magique de G.W. Bush n'est qu'un mensonge de plus. Des journalistes du Chicago Sun-Times ont men une enqute sur la filire thanol de mas, et en ont dduit que ctait en ralit, {"trs cher et inutile}, puisqu'en aucun cas il n'tait possible que ce biocarburant permette aux USA d'accder l'indpendance nergtique, comme le prtend Bush : {Mme si tout le mas produit aux Etats-Unis en 2007 tait rserv la production d'thanol, la consommation de ptrole ne baisserait que de 12 %}.

Cette absurdit se fait et se fera quand mme, pour le plus grand profit spculatif et industriel des cartels du mas tats-uniens et mexicains. Sur le dos de la misrable Adelita qui n'aura plus qu' mourir de faim. En 2007, on estime que le prix de la tortilla augmentera encore de 61 %.

Il est trs probable que de gigantesques meutes de la faim se produisent au Mexique d'ici deux ans. Il est trs probable que les USA soient l'objet d'une vague d'immigration mexicaine sans prcdent. Le mur pour essayer de la contenir est en cours de construction. Il est trs probable que de cyniques et mticuleux compables de Cargill dnombrent dj parmi les Mexicains ceux qui mourront de faim chez eux, ceux qui mourront de soif dans le dsert de Sonora et ceux qui arriveront passer le Rio Grande pour se faire exploiter, pauvres clandestins, dans les distilleries d'thanol de Cargill.

Adelita prive de tortillas aura alors raison de se rvolter (y compris violemment) contre l'ultralibralisme thanolien. D'ailleurs, son prnom est tout un pome rvolutionnaire mexicain...

mercredi 7 mars 2007

news de Caracas !

je viens d'arriver Caracas, ce samedi, et mon sac est arriv hier... (ne jamais voyager avec iberia !)

juste un mot au cas o tu aurais des connaissances vaguement tentes de venir dcouvrir le vnzuela: si le prix des billets d'avion ne bouge pas trop, le cot de la vie a un peu augment, mais l'euro se change au march parallle 5000bs !!! (l'officel est 2650bs et ce devait tre moins de 3000 quand vous tes venus) besos Delphine

lundi 26 février 2007

en ballade dans le Yucatan !

on revient d'une semaine dans le Yucatan, on s'est rgal. On est parti de Palenque (qui n'est pas dans le Yucatan certes...), on est all jusqu' Playa del Carmen puis, on est rentr sur Merida. On a russi visiter des sites qu'on ne connaissait pas encore comme Yaxchilan (perdu dans la vgtation en face du fleuve qui marque la frontire avec le Guatemala), Ek Balam (il y a une pyramide trs originale en haut de la quelle on aperoit la pyramide de Coba et celle de Chitchen Itza) et Xcambo tout petit dans les lagunes prs du Golfe du Mexique. On a visit et revisit des cenotes, c'est toujours aussi beau. Mais la rgion de Merida, c'est vraiment celle qu'on prfre.

  bientt,
     Bruno.

mercredi 27 décembre 2006

autre avis sur Chavez et le Venezuela !

Pour ma part je suis plus que septique sur cette grosse gueule de Chavez. Son antiamricanisme me les brise menues. C'est simpliste et grossier, les arguments parfois en dessous de la ceinture, montrent mon avis le mpris de Chavez pas seulement pour Bush et sa politique, mais aussi pour les vnzuliens et les lecteurs. On dirait un poivrot qui cherche la merde un bourgeois la sortie d'un bar pour pater ses amis. Comme tu le dis, le pays est amricanis jusqu' l'os, tel point que je crois qu'il ne s'en rend mme plus compte. Le rejet est donc logique dans ces conditions l, tout comme elle est logique dans un bon nombre de pays africains o la France est mal vue. Chavez endosse facilement les habits, militaires il est vrai, de Bolivar dans sa lutte contre le nouveau colonisateur.

J'ai du mal avec toute la propagande que j'ai vu sur place, ces normes placards publicitaires ou tel un big jim il est tantt en survtement, tantt en militaire, tantt en civil. J'ai du mal avec l'ultra militarisation du pays, avec ses militaires en armes tous les coins de rues comme dans une dictature d'oprette. J'ai du mal croire aussi cet ancien putschiste qui aurait dcouvert les vertus de la dmocratie en prison aprs son putsch rat. Il y a trop de choses qui sont caricaturales chez Chavez pour que je le trouve sympathique et pour que je puisse le trouver de bonne foi.

J'ai aussi du mal avec ce que j'ai sur lui dans diffrents articles. Les journalistes du Monde Diplomatique et les intellectuels et artistes anti-libraux ont trouv le nouveau messie, le successeur charismatique Guevara et ne veulent pas le lcher. L'orwellien que je suis ne peut que rester circonspect devant cette nouvelle idoltrie. Une des escroqueries intellectuelles en vogue dans les annes 40 80, propage par Sartre et ses suiveurs taient de faire croire que si tu ne dfendais pas la Parti Communiste et l'URSS tu tais un suppt du capitalisme et des Etats-Unis. J'ai peur que de nouveaux temps doctrinaires et ultra simplistes ne reviennent.

J'ai lu un article qui disait que "Chavez c'est Castro plus le ptrole". C'est trs intressant et trs vrai. Son amiti et son soutien pour le vieux dictateur inquite beaucoup les vnzuliens qui nous en ont parl, et je les comprends. Cuba a beau tre un pays aux trs importants taux d'alphabtisation et de mdicalisation, a reste avant tout une dictature. Chavez a beau se vtir de ses plus beaux habits de dmocrate, la tentation du pouvoir commence le titiller grandement. Il envisage de changer la constitution pour pouvoir se reprsenter autant de fois qu'il veut. D'ici ce qu'il se passe des lections.

Le ptrole aussi est intressant, car il s'en sert comme d'une arme, et il a raison. Que les richesses du sol national reviennent "au peuple" est une juste cause. Sauf que le PDVSA est souponn de servir de pompe fric personnelle beaucoup de gens surtout depuis qu'elle ne publie plus ses comptes. On ne peut que douter que tout l'argent revienne "au peuple", tant la corruption est grande et la mise en place tardive des programmes sociaux en atteste. On en a fait les frais sur la route en ce qui nous concerne. Chavez est parfaitement conscient de a, et a commenc mettre en place des "conseils communaux" en guise de contre pouvoir. Le Monde Diplomatique en dit beaucoup de bien, sauf qu'apparemment ils semblent tre de nouveaux bras arms du parti. Une lutte semble tre en train de se jouer en la bureaucratie lourde et corrompue et la reprise en main par le parti et ses passe-droits.

Patrice.

un avis sur Chavez et sa politique pour le Venezuela !

Y'a les gars de droite, libraux, qui n'aime pas sa politique anti-amricaine et la couleur castriste qu'il lui a donn ! Enfin, castriste c'est un bien grand mot, c'est surtout un rapprochement d'ides et d'entre-aides, pas vraiment la volont d'appliquer la dictature cubaine au pays. Donc en change de ptrle bas prix et autres denres (Cuba et sous le blocus amricain depuis le fiasco de la baie des cochons), des tudiants vnzuliens partent apprendre Cuba. Cuba a envoy 20 000 mdecins, infirmiers et autres chirurgiens travailler pendant 3 ans je crois au Venezula, et ils forment des quipes sur place...



Chavez a mis au point un systme de sant et d'accs l'hpital gratuit ! Donc du point de vue commercial/conomique, les gars de droite gueulent parce que le Venezuela n'a pas une bonne image l'tranger, cause de la grande gueule de Chavez justement. Ils se sentent menac dans leur privilges "financiers" mais en mme temps, les seuls problmes qu'ils rencontrent avec l'administration, c'est quand ils partent l'tranger ou commercent avec l'extrieur... Mais ils arrivent quand mme la fin. Donc dans les faits, on ne leur a rien vol, ils n'ont rien perdu, on leur a mis des freins c'est tout. Ils ont peur que Chavez instaure une dictature...



Chavez propose d'installer, sur le modle europen, une zone de commerce latine excluant les USA. Il permet aux pays voisins d'acqurir des barrils de brut prix d'amis et vend au prix du march son ptrole aux USA (car ils ont les moyens de payer)... Le cacao venezuelien (le meilleur du monde !) ne sera plus uniquement export mais une partie sera galement transform en chocolat sur place pour la consommation du pays et l'exportation. Crations de nombreuses coopratives galement pour d'autres domaines agricoles: levage, riz, coton, canne sucre... pour des produits qui peuvent aussi s'exporter... Fort de sa production ptrolire, le Venezuela a tous les atouts pour s'en sortir conomiquement avec plus d'indpendance vis vis des USA !!!



On a rencontr des gars qui n'taient ni pour ni contre, des centristes, qui eux aussi avaient peur d'une dictature (faut rappeler que Chavez est arriv au pouvoir par un coup d'tat mme s'il a t lu et rellu dmocratiquement ensuite) mais qui ont bien constat que le pays tait en train de bouger !!!



Puis des pros Chavez nous ont parl de son gouvernement qui a oeuvr pour les handicaps (des tas de chaises roulantes ont t distribus dans le pays, videmment dans les villages dont les maires soutenaient Chavez et pas dans les autres, mais au moins y'en a qui en ont eu), la sant, la femme...



Une politique d'amnagement du territoire a t mise en place : rnovation et construction de route et de voies autoroutires; ct urbanisme, idem rnovation de certains quartiers... J'ai eu entre autres pas mal de tmoignages de Delphine, qui nous a hberg Caracas, en ce sens. Elle travaille dans les favelas sur l'assainissement et l'accs l'eau potable; beaucoup de construction prcaires vont tre dtruites pour tre construites en dur, installation de l'lectricit, cration de comit de quartier qui devront grer les problmes locaux, servir d'interlocuteurs et animer la vie du coin (surtout en priode lectorale, ah ah ah !)...



Tous les gars du cru avec qui on a discut nous ont confirm que la criminalit dans le pays avait baiss, que le niveau conomique pour les pauvres s'tait amlior, que l'accs l'ducation avait t facilit, que le niveau culturel du pays s'tait amlior (systme de quotas pour les radios nationales comme il a t instaur en France, dvoleppement du thtre et des arts de rue, cration musicale et libert d'expression bouillonnante !)... Certes il y a toujours une propagande chaviste derrire, mais bordel, il est clair qu'il y a moins de souffrances et que la misre rgresse !!!



De mon ct, je n'aime pas trop cet anti-amricanisme primaire dans le discours alors que tout le pays vis l'amricaine: voitures, baseball, vtements, dveloppement des villes, tlvision... J'ai du mal aussi avec le ct militaire de Chavez, donneur d'ordres et de leons, l'achat de matriel militaire (des avions de combats notamment)... Je prfre sa figure charismatique et populaire, il anime huit heures durant un show tlvisuel tous les dimanches mlangeant politique, questions sociales, bien tre famillial, animation et musique du pays, et un ct religieux...



Oui, je suis plutt pro-Chavez comme ses rlecteurs ou comme Gambeat (bassiste de Radio Bemba) qui me confiait dans un interview qu'il aimerait y vivre maintenant pendant six mois ou un an pour suivre l'euphorie de Caracas !

Toshiba.

mardi 5 décembre 2006

un otro mundo...parte dos

Lima, Huaraz, Monterrey, Chavn de hualtar, Trujillo, Huanchaco, Chimbote, Arequipa, Chivay, Canyon de Colca, Ica, Huacachina, Pisco, Paracas, islas Ballestas...dj plus de 2600 kilomtres au compteur et...63 heures de bus !!!!

Aprs le nord: La cordillre et les nuits chaudes passes dans les hamacs de la cte pacifique, j ai migr vers le sud et un premier arrt Chivay et le canyon de Colca (le plus profond du monde: 3200 mtres de dnivel, c'est franchement flippant !!!). De l, j ai pu apprcier les dplacements spectaculaires des condors et surtout le paysage pruvien dans toute sa splendeur !! "El condor pasa..." pasa tout prs de moi ! C'est bizarre j ai pas eu la mme sensation en les voyant qu'avec les palomas dla rambla de barcelona ou les pigeons unijambistes du boulevard Voltaire !! Un spectacle mmorable...

Ensuite, Arequipa et le volcan du Misti 700 kilomtres au sud de Lima. Une ville trs sympa (malgr les violentes secousses) o il y fait bon vivre, les pruviennes tant...heu...trs acceuillantes avec les "Gringos" qui voyagent en solo !...j ai pas beaucoup visit les muses...Tranquillement j'suis remont avec un poto Ica et la laguna de Huacachina, une oasis dans un dsert en miniature o nous avons pratiqu le sandboard...sur les dunes de sable !!! Crevant mais bien marrant dans un dcor de rve, on se serait crus dans le Sahara: sable, dunes et qqles palmiers, rien que a sur des centaines de kilomtres ! Puis Pisco (nom donn la boisson nationale) do j ai rejoint Paracas et les les Ballestas aprs une belle nuit la belle toile, un peu drangs tout de mme par nos voisines...les otaries ! Indescriptible, il faut le voir pour le croire !

Hier soir (vendredi), bus pour Lima et trajet cauchemardesque !!!...7 heures dans les montagnes somptueuses mais vertigineuses avec sans cesse cette impression dsagrable (mais raliste !) que le bus tangue toujours beaucoup plus du ct ravin que de la roche...les poules et autres volailles jactaient comme des folles dans les cages poses au-dessus (et l'intrieur mme du bus!) pendant que pedro et miguel derrire moi, faisaient leurs gammes la flute de pan faisant reprendre tout le bus en sifflant "le maxi best of" des rythmes quechuans ! Bref, j'ai pas dormi et encore maintenant j'en ai les oreilles qui sifflent !!! Mais je suis bien arriv Lima o j'ai ft le week end hier soir...A 16h tout l'heure jpars la crmonie de mariage de la soeur de Sandro chez qui j'cris ceci. C est dj marrant, j'entends les hommes en bas qui entamment leur 3me bouteille de pisco, pendant que les femmes rptent les danses et autres discours prvus pour ce soir...imaginez le dlire ! Le ptit franais dread locks tout droit sorti du dernier clip dAlpha Blondy fera-t-il bonne impression en pleine messe traditionnelle pruvienne ??!!. La suite au prochain pisode...

Des montagnes enneiges aux tendues dsertiques de la Sierra, des pluies diluviennes de la fort amazonienne la canicule des plages magnifiques du Pacifique, le tout en passant par les lagons de la cordillre aux oasis des les ctires...Si j'pouvais changer de tee-shirt autant que de paysages, j'sentirais peut-tre aussi bon que les lamas que je ctoie depuis un mois dj ! Parce que l, jdois bien avouer que c'est pas franchement le cas...

Voil quoi ! j'm'emmerde, c'est nul chier, j'veux rentrer Epinay profiter du RER C, sentir la transpi des gens aigris de Paris au milieu des bonnes vieilles odeurs de pipi des couloirs pourris de la place de Clichy...Ainsi va la vie...Pas vraiment celle que j'ai encore choisie aujourd'hui... A venir, Cuzco et son Machu Pichu (trekking de 5 jours), Puno et les les du soleil au lac Titicaca puis Copacabana et la Paz en Bolivie pour Nol, et surtout l'Amazonie et Santa Cruz de la sierra pour le nouvel an...Chili-mi janvier, Argentine-fvrier et Uruguay pour terminer en beaut...

Besos a todos,

Lol

p.s: un grand merci ceux qui ont prit le temps de rpondre mon message precedent, c'est toujours un plaisir que d' ouvrir sa boite mail et d avoir de vos nouvelles.

dimanche 26 novembre 2006

En route vers le Mali !!!

Nous avons quitt le maroc ce matin et nous voil en Afrique noire. C'est tout de suite un autre monde!!!! La chaleur, le monde, les sourires...Bref, c'est ce qui nous attend.

Quant ce que nous avons vu, c'tait pas mal non plus. Nous avons visit Cordoue et Sville en Espagne avant de traverser. Puis au Maroc toute la route ctire de Larache Essaouira puis Tiznit pour finir par une tape de 800 Kms hier pour atteindre la frontire.

Tout s'est trs bien pass: la voiture fonctionne parfaitement, la nourriture a t bonne et on a test toutes les bonnes adresses qu'on nous avait conseilles. Mme les douaniers ont t sympas !

Bref, un trs bon voyage pour le moment.

Ici en Mauritanie on va visiter la rserve du banc d'Arguin pendant 3 jours avant de descendre sur le Mali.

Finalement nous n'avons rencontr aucune difficult et je pense que a n'a plus rien avoir avec les expditions du pass. Mais c'est quand mme intressant et nous sommes contents de le faire.

Rene

mercredi 22 novembre 2006

PERIPLE A BARCELONE : Aot 2006

CARNET DE VOYAGE D'UN PERIPLE A BARCELONE Aot 2006

Lundi : Dpart pour Barcelone 15H Arrive Barcelone 22H30. Difficile de trouver un hbergement cette heure tardive! Camping Gav, trop tard, les htels complets... Bref, seule alternative, passer une nuit dans la voiture. Ce qui en soi, nous importait gure.

Mardi : Ds 8H30, nous nous prsentons au camping "las estrellas" Gav, puises par notre courte nuit de sommeil agite. Nous parvenons dgoter un emplacement pour l'installation de notre tente. Ceci fait, grande toilette puis farniente la plage pour dcompresser de notre arrive pique et avec la ferme rsolution d'entamer notre soire Barcelone dans les meilleures conditions.

Premire soire Barcelone : Aprs avoir tourn et vir durant prs de 2H dans cette charmante capitale, nous parvenons trouver, tant bien que mal, un stationnement. Nous arpentons les rues, nous longeons "las ramblas", avant de faire une escale l'incontournable "plaza real".@ Nous nous attablons une terrasse d'un caf et sirotons un demi pichet de sangria; Sangria, ceci dit en passant, exquise!!! Nous nous dirigeons par la suite vers le port olympique. A 21H, le calme rgne mais pas pour longtemps. L'endroit invite au mouvement de jour comme de nuit. Nous nous arrtons dans un bar et nous riterons notre commande de sangria. Le serveur nous conseille vivement de "dguster" un pichet d'un litre pour le mme prix que 2 verres. Nous concdons sans trop de rticences. Dommage! car la sangria a un got amer, limite chimique... Mais bon, nous faisons abstraction de ce dtail. Nous reprons un couple de franais, venu de Toulouse. Nous sympathisons et nous les invitons terminer notre potion infecte. Ouf! sauves! Une grosse tempte se lve, nous contraingnant stagner le temps d'une acalmie. Il est minuit quand nous reprenons la visite du quartier ou plutt, la tourne des bars, en compagnie de nos deux convives. Nous nous sparons vers 2H30 pour nous rendre dans nos "habitations" respectives. Nous arrivons au camping, aprs moultes dtours, 3H30. Notre tente a rsist l'assaut de l'norme tempte.

Petite parenthse : nous voquons plusieurs reprises les dtours effectus. Il n'y a rien de pjoratif cela. AU CONTRAIRE! Ces ballades nous ont permis de dcouvrir cette ville cosmopolite aux multiples facettes, avec son ventail de trsors artistiques, allant de dlicieuses glises romanes aux plus grands noms de l'art moderne et de l'architecture (dont Antoni Gaudi qui a laiss son empreinte dans tout Barcelone) l'ventail impressionnant de lieux nocturnes. Il y en a pour tous les gots!

Mercredi : Nous nous rveillons vers 13H avec un mal de crne indescriptible (les vapeurs de l'ivresse nous montent la tte!!!). Aprs un dcrassage, nous prparons l'arrive de Cdric alias "Ppito" et d'Herv le soi disant "le plus beau". Nous voil fin prte installer la seconde tente (sympas les filles!) : dure initialement prvue 15 mns. Et l, surprise! la tente que m'a rendue ma chre et tendre soeur adore, est dans un tat pitoyable (un tube rompu en plein milieu). Nous jouons les Mac Gyver pour tenter de rendre la tente habitable. J'arroganhe* dans mon coin (*du gascon qui signifie ronchonner) et m'insurge contre ma soeur... Tant bien que mal, nous parvenons un rsultat, au bout d'1 heure, satisfaisant. Fin d'aprs midi, nous partons Barcelone la rencontre de Cdric et d'Herv, que nous retrouvons par hasard (enfin, pas tout fait) plaza Cristobal Colombus. Au son de "Batukeros de la calle", nous nous dirigeons vers la plaza Trippie, quartier gothique (lieu de rencontre des musiciens et des gens, depuis des dcennies. Herv et Cdric nous entrane dans un petit bar du quartier. Nous avons t accueilli par Lo, membre du groupe "CHE SUDAKA" (groupe dbarqu d'Argentine qui s'est fond dans le quartier gothique en 2002). Une rencontre exceptionnelle et inoubliable avec Lo, sa compagne et Michel (un colombien plein de vie). Nous avons eu le privilge d'couter Lo qui nous a offert un concert priv en live : un moment magique empli de joie, de passion, d'nergie... Que du bonheur! Leo nous a donc fait connatre le rpertoire musical de son groupe (ayant des influences qui vont de la cumbia la salsa, du reggae la musique lctronique, du quarteto au ragga). Les textes sont composs par Lo. Pour la plupart, ils sont inspirs de son parcours, de ses premiers mois difficiles passs en Europe. Aprs cet change culturel, Lo nous fait dcouvrir le quartier Gracia (historiquement le quartier gitan de Barcelone), o se droule les ftes du quartier. Nous terminons la soire dans un bar o Lo continue chanter jusqu'au petit matin. Nous nous couchons avec de la musique exquise plein la tte.

Jeudi : Aprs une bonne nuit et une grasse matine, Herv et Cdric repartent prospecter des groupes afin de promouvoir de nouvelles musiques et nous en faire profiter tous, au moyen de leur site internet et autres supports d'information. Nous les rejoignons dans l'aprs midi au studio d'enregistrement du groupe CHE SUDAKA. L'interview d'Herv et Cdric termine, nous avons pu bnficier d'un avant got des morceaux cres par Lo et les siens et changer avec eux autour d'un verre de rhum dominicain. Aprs a, Cdric et Herv retournent faire leurs petites affaires. Quant nous, petite ballade au parc Gell. Dbut de soire, nous retrouvons nos deux compres Plaza Real. Aprs l'apro, nous nous dirigeons vers le quartier gracia o nous coutons un vieux groupe de ska bourrin de Barcelone, avant de perdre 2H pour trouver un taxi. Ce dernier nous dpose devant une discothque salsa dans laquelle nous avons pu couter quelques morceaux provenant du label de nos 2 guides.

Vendredi : grasse matine, farniente une bonne partie de la journe sauf Cdric et Herv toujours en qute de nouvelles sensations musicales. Fin d'aprs midi, nous nous dcidons, enfin, bouger. Nous arpentons le quartier Monjuic. Dans la soire, nous retrouvons Herv plaza Real : que de bonnes choses en perspective!!! Herv nous emmne, pour notre ultime soire, au mariachi o nous attendaient Cdric, Lo et Michel. Et l surprise... quand nous apercevons Manu Tchao. Rencontre impressionnante et mouvante... Coralie a mis du temps s'en remettre. Nous ne l'entendions plus, elle tait scoche, le sourire jusqu'aux oreilles. Aprs ces motions, Michel nous guide au "tropicalissima", un restaurant Colombien ( proximit de la Sagrada Familia). Nous terminons la soire au bar concert la "republika" o le style musical diversifi propos par Anna Sol, DJ, nous a fait danser jusqu' 3H du matin. Soire grandiose!!!

Samedi : Le sjour touche sa fin pour Coralie et moi mme. Nous rentrons au pays le vague l'me.

mercredi 20 septembre 2006

La Caution au Venezuela !

Je viens de lire un compte-rendu de la semaine pass par la Caution au Venezuela cet t. Cet article est dispo dans le magazine Trax n98 de septembre 2006. Photos de Claudia Rodriguez Romero et texte de Grme Darmendrail.

On sent que le groupe parle peu ou pas l'espagnol, ce qui ne les as pas empcher de communiquer avec la population locale et d'enregistrer avec Cuarto Poder, groupe apolitique et phare de la scne hi-hop du Venezuela. Le rcit est surtout concentr sur le sjour du groupe Caracas avec ses sessions studio et concerts, sa part de peur d'tre agress, ses taxis dglingus et ses filles superbes...

La Caution semble ravi de son court sjour et des concerts qu'ils ont pu y donn grce l'agence CulturesFrance et l'Alliance Franaise. On espre entendre du son de la collaboration avec Cuarto Poder bientt !

Un extrait : "Caracas dgage quelque chose, un mlange de culture latine, caribenne et nord-amricaine, de capitalisme sauvage et de fantasme socialiste, une me un brin btarde mais attachante..."

mardi 29 août 2006

3 semaines de bonheur NYC !!!

Avril 2003, lquipe Sabor Discos embarque pour New York. Compte-rendu ralis en petits pisodes dun voyage mouvement !!!

Air Portugal nous a effectivement bien transport dans cette norme capitale mondiale qu'est New York ! Bien sr Dominique se fait remarquer la douane, et nous perdons une heure, parce que, monsieur, est tomb sur un fonctionnaire zell qui a coeur de lui poser des tas de questions !

A peine arrivs Manhattan et cles rcupres, un petit tour de quartier nous entrainne sans le savoir vers le Barrio Latino, le Spanish Harlem. Trs populaire, on se croirait revenu Mexico ! On matte notre bonne tte de gringos !! Des bouibouis tacos partout, des disquaires, des piceries, un traffic dense, du monde, on parle espagnol dans tous les coins...

On retrouve Vincent. Il nous accueille gnreusement dans son deux pices hors de prix. La vie Manhattan est ultra chre. Il est fou de joie car il vient d'apprendre que sa mutation pour le collge de Mexico est accepte. Sur ce, nous dcidons de partir Dowtown vers Times Square pour manger dans un restau chinois au kilo. Puis c'est la dcouverte de New York "by night" avec Broadway, Times Square jusqu'au Rock Feller Plaza ! Sympa, trs touristique mais voir ce New York gant et illumin... Et la premire bire qui va avec !!!!!

Lendemain, direction Greenwich Village avec la rencontre des premiers disquaires. Dj ! Greenwich est trs agrable, un quartier o beaucoup de rues sont boises avec des immeubles chelle humaine. Plein de petits restau et sandiwcheries se suivent, magazins de fringues, piceries fines, bars... Du monde dfile, on se promne tranquile.

La visite continue par le quartier de Soho, avec une expo sur Madona mlant son et images vidos trafiques, puis une srie de galeries de peinture et un petit magazin d'objets d'art et d'artisanat d'Asie vraiment excellent. On se croirait dj dans un muse !! Soho est plus downtown que Greenwich, c'est dire que les immeubles s'lvent !

On finit notre journe par Jammyland (60 East, 3rd street), la boutique de disques reggae situe au dessus du studio de rptition des Slackers et anciennement aussi de King Django...

La collecte de tracts tant fate, notre premire vire sera Brooklyn dans un petit bar trs cool: le Southside Lounge (41, Broadway, entre Wythe et Kent). Bonne ambiance, pintes de Bud 3 dollars et surtout soire reggae tous les jeudis soirs. L, c'tait slections rub-a-dub party avec Agent Jay (membre des Slackers et King Django !) et Queen Majesty. Le retour fut plus compliqu car la station de mtro de l'alle tait ferme. Retour sur nos pas dans la nuit sombre brooklynoise, le sommeil dangereux nous rattrapait et le vent froid nous saisissait...

Autre mtro et dodo. Un rveil talentueux avec Dominique qui bouche les toilettes (trs trs gros caca ?), avec l'innondation "lgre" qui s'en suit, l'obligation d'coper... Bref tout le monde est sur pied en deux secondes. Bravo Domdom ! Dominique va-t-il prir de sa future appendicite aigue ?

Aprs l'pisode matinal des toilettes, visite du muse du design. Nous habitons dans le Upper East Side, proche de Central Park et des muses les plus importants de NYC ! Mais auparavant, c'est la pose djeuner du midi et nous optons pour le hot dog vendu dans la rue par le marchand ambulant du coin...

Cependant ds que nous mettons le nez dehors nous comprenons que cela ne sera pas possible. Le temps a chang et la grisaille s'est installe. Un vent glacial nous fait regretter de ne pas avoir embarqu bonnets, gants et charpes ! Ca caille sec. Le lundi prcdent, il avait neig ! (nous dira plus tard Vincent).

Dgustation d'une "slice" (part) de pizza, bien au chaud et attabls. Et direction le muse ! Mais celui-ci n'accueille pas de public en ce moment car il est en restructuration. Une trotte pied dans le froid pour rien ? Non, nous partons pour le centre international de la photographie. Mais re-belotte, celui-ci a dmnag. Bien, nous nous dirigeons vers le Jewish Museum qui est ferm depuis 15h (il est effectivement 16h nos montres !).

Nous retournons vers la National Academy of Design, au nom trs allchant, mais dont le guide ne prcise pas le contenu des collections. Dommage ! Car on s'en serait bien pass ! On dbourse 8 $ pour une visite qui nous a pris maxi trois quarts d'heure, sans aucun rapport avec le design, mais centre sur une retrospective d'un peintre US dont j'ai oubli le nom avec la plupart de ses crotes inintressantes. Au moins, on tait au chaud...

Retour l'appart o Vincent apparat accompagn de Sbastien qui vient d'arriver, en plein dcalage horaire. Nous sommes cinq dans l'appartement et la cohabitation se passe sans problmes !

Appro chez Marie (collgue de travail de Vincent) qui co-loue son appartement avec deux Amricaines typiques du cru ! Un petit restau indien dans le quartier d'Alstor Place, et c'est des retrouvailles trs agrables ponctues de phrases assassines et de grands clats de rires.

Samedi matin est plac sous le signe de la grace matine. Petit djeuner tardif et nous voil partis visiter une partie du Metropolitan Museum of Art. Magnifique ! C'est l'quivalent du Louvre. On paie ce qu'on veut l'entre ! Rien voir avec celui de la veille. Les collections sont superbes. On se donne deux heures, donc nous privilgions avec Dominique l'expo Manet/Velasquez et surtout la collection de peintures du 19 sicle. Degas, Monet, Braque, Van Gogh, Seurat, Turner, Courbet, Pissaro, Lautrec... C'est un pur bonheur, des toiles ultras connues, une putain de collection, le plaisir des yeux, l'tonnement chaque nouvelle salle. Quelle baffe ! Rien que a cela vaut le dplacement dans la big apple !!!

On se promet d'y retourner au moins deux fois encore pour visiter de nouvelles parties !! Je vous tiendrai au courant, promis. Il est dj 17h et c'est une bonne boustiffaille de poulet que nous faisons chez Vincent. Mais les douleurs abdominales de Domdom se sont rveilles, les lui rendant plus inquitantes. L'appendicite ?

Aprs de grandes discussions, l'option hpital parat la plus sense. Faut croire que c'est du srieux car Domi y est encore l'heure o je vous crit !

Aprs des heures d'attentes en salle d'urgence, nous laissons Domi et Vincent (le traducteur et capitaine de la situation) pour aller boire un verre dans un bar. Retour l'appart: vide. Ce n'est que vers 23h que revient Vincent, seul. Dominique est rest sur place car il attend les rsultats de son scanner dans quatre heures. Le mdecin de garde est parti dans un autre hpital ! Vincent nous raconte les annecdotes dont le fameux touch rectal que nous rabchons Domdom depuis les dbuts du sjour !!! Il est prsent minuit et demi pass et toujours pas de nouvelles ! Quel suspens !! Dominique sera-t-il opr New York

Retour sur les vnements incroyables qui nous ont tenus en haleine tout au long de se premier samedi soir... En direct de New York, votre reporter de l'impossible: Toshiba, assist ce soir du meneur d'homme: Captain' Vincent Guimer !!! A lire de toute urgence et en premier lieu, le texte en pice jointe de Vincent qui vous clairera sur les pripties de cette soire inoubliable !!

Un samedi soir sur la terre aux urgences.

A bout de force, pli en deux (enfin, presque), Dominique nous supplie de lemmener lhpital, qui se trouve deux rues de chez moi (ouf! vu la suite). On arrive aux urgences, cinq personnes, en expdition de dcouverte (puisque aucun dentre nous nest jamais all aux urgences aux USA). Et pour cause, un panorama assez impressionnant de la diversit sociale de Spanish Harlem.

Dominique donne son nom, puis on attend On attend L, au bout dune heure, il passe une  petite visite o on lui trouve 99F de temprature (a fait 37.2C) On demande gentiment Domi de faire un peu comme sil avait mal, et pas seulement comme si il avait une crise de foie, puis on attendon attend Enfin, il a rendez-vous avec un mdecin. Et l, Sb, Daniel et Herv nous quittent, car on ne serait pas rentr cinq aux urgences.

Je parle anglais, donc je vais aider Domdom (qui en a bien besoin !). Il se change et passe une jolie tunique mauve quil met dabord lenvers. Puis une jeune infirmire arrive, type :  je suis interne en 1re anne, et je vais appliquer le  grand livre du diagnostic la page ( !!). La discussion sengage sur : 1) O avez vous mal ? (il rpond  l en pointant son bas ventre), 2) Ca fait mal ailleurs ? ( oui, un peu, quand je vais faire pipi (et l je me dis  bizarre pour une appendicite ), 3) Etes-vous sexuellement actif ? (Domdom rpond oui je crains le pire) Et enfin, prvisible : 4) Avez-vous dj eu une MST ?!!! Bingo, elle fonce droit l dedans. Dom fronce les sourcils, raison. Je dis linfirmire tout doucement que je ne crois pas que ce soit le problme, quil a dit quil avait mal mais pas l o elle pense, etc. !! Ca nempche que pour complter son diagnostic, il faut que Dom se mette sur le ct, afin quelle puisse comment dire approfondir son jugement Et voil comment Domdom a perdu, un samedi soir New York, sa virginit anale (enfin, cest ce quil nous a dit) !!!

Cette partie l, je nai pas eu besoin de lui traduire, ctait limpide, ne serait-ce que ma raction lvocation de ce quelle allait faire, je nai pu rprimer un fou rire qui venait de loin, du matin en fait, au moment o Herv & Co ont commenc embter un Dominique incrdule et pas du tout conscient de ce qui allait lui arriver

Aprs ce passage mmorable, on attend. On attend Et vers 22h, on lui dit quil va passer au scanner et que pour a, il faut quil boive un litre dun produit ignoble, ce quil fait. Puis on lui branche une perfusion, dans laquelle il recevra un produit qui fait apparatre les veines lcran du scanner, un produit connu pour dtruire les reins des gens malades.

Donc, nous voil dans un hpital quatre, un gars, linfirmire qui sapprte lui faire une prise de sang, Domdom et moi, qui devons tout signer dont une dcharge en cas de problme, genre  Je soussign, lhpital, dclare ne pas tre responsable de ltat de dlabrement de M. Salles aprs son passage au Metroplitan Hospital et dclarons par la prsente que nous ne paierons pas les 3 millions de dollars quil nous demandera sil perd un rein !!! Rassurant ! Non seulement il na peut-tre pas lappendicite, mais en plus, il va y laisser dautres morceaux quun bout de boyaux.

Avec les 45 minutes attendre pour que le produit agisse, on est dj 23h. A noter : pendant ce temps, Dom finit dans le couloir comme la tl, avec un clodo dans un lit juste devant lui, un clodo bourr et attach au lit, qui crie aux infirmires  let me go you fucking bitch, kiss my ass et autres tournures pas trs shakespeariennes. Un type passe entour de deux flics, avec des menottes aux chevilles (il lui manque juste lhabit orange et la masse pour aller casser des pierres), et la vie suit son cours aux urgences.

Enfin au scanner, je tape la discute avec les deux techniciens porto-ricains, pendant que Domdom attend (encore !) le mdecin qui tarde. Pendant ce temps, japprends le franais aux latinos, trop contents davoir trouv un gars qui va pouvoir enregistrer dans la machine, de sa belle voix de prof  Arrter de respirer Respirer . Car la machine a ce message, en 13 langues, mais pas en Franais Si Domi ny a pas laiss son appendice, jy ai laiss ma voix

L, je vois apparatre sur lcran des tranches de Domdom, pris en coupe horizontale, et bien je peux vous dire quentre le haut des cuisses et jusquau cur, cest le bordel !! Mais pas assez pour justifier de le garder

Le plus con, cest que a, il ne lapprendra que 4h plus tard, alors que moi, je suis dj rentr, endormi mme. Le tlphone sonne, tlphone que seul Sb entendra tellement tout le monde est claqu. Me voil 3h du matin, aux urgences de nouveau, rcuprer Domdom qui finalement na rien Linfirmire qui a  approfondi ses relations avec Domi, est encore l. Elle me dit quil devra revenir plus tard car il a quand mme mal, mme si on ne sait pas do a vient. On rentre, il est 4h, car entre deux, on a avanc les montres dune heure, histoire de bien montrer que, oui, il a pass la nuit aux urgences !

Mest davis quon na pas fini den parler

Vincent Guimer  El Capitan .

Pour info, Domdom n'est pas encore mort et il est revenu grandi de cette nouvelle aventure. Ouf ! A la vue de ce qui s'est droul, on peut parler de : somatiser ou stomactiser ???

Dimanche donc, rveil tardif, cela se comprend... Gros petit djeuner avant de suivre notre guide et matre, Vincent, qui se propose trs gentiment de nous faire dcouvrir des quartiers de Manhattan ! En plus le soleil est au rendez-vous, tant mieux ! Direction, Soho, quartier commerant avec un arrt oblig au plus grand magazin de photo du monde ! Il est tenu par des Juifs orthodoxes qui respectent le Sabbat et ferment donc le samedi !!!

Vincent et Sbastien sont des mordus de photographies. Je vous invite aller visiter le site de Vincent: http://vguimer.org/ un site vraiment trs bien, avec pleins de photos de voyage (certains avec nous !) et de New York aussi ! Petite ballade sur Broadway, avant d'arriver Chinatown, finalement trs couru par les touristes. C'est un dimanche et tous les magazins sont ouverts, la lgislation amricaine n'est pas identique la notre. Chinatown nous fait penser Mexico: beaucoup de monde dans les rues, des tas de petits vendeurs de bricoles (casquettes, jouets, lunettes, bijoutiers...), des vendeurs la sauvettes de cd et dvd pirates, des restaurants partout...

On se dcide pour une espce de cantine o pour quatre dollars on a une portion de riz et on peut choisir entre quatre plats cuisins qui nous sont servis " la louche" ! C'est copieux, bon et pas cher ! Ce qu'on aime, merci Vincent pour ton plan !!! On descend encore plus downtown vers la mairie de New York, les cours de justice, et le Brooklyn Bridge. On emprunte celui-ci entre les joggeurs et les cyclistes, quittant Manhattan vers Brooklyn. La vue est imprennable ! Mais il manque deux tours, non ? (ah, a c'est malin !).

Le soir direction le Joe's Pub (425 Lafayette Street prs du mtro Astor Place) pour assister au concert de Dave Hillyard & The Rock Steady Seven ! Ce bar est tout fait typique de l'image que l'on se fait d'un club de jazz new-yorkais: tables basses, canap-banquettes, cocktails... L'ambiance enfume en moins, puisqu'il est dsormais strictement interdit de fumer dans les bars et les restaurants. Les fumeurs font leur pause clopes dehors !!!

Ras Kush est aux platines et envoie de grosses slections de reggae roots. Le son est excellent ! Dave et sa bande montent sur scne et nous livrent un superbe concert de fusion jazz-reggae avec quelques notes latines et ska. Des vieux rastas se lvent et dansent !!! L'ambiance est bon enfant, le prix des bires un peu moins...

Lundi, dur de dmarrer la journe car l encore on s'est couch tard. Et puis surtout, il neige abondamment dehors !! Et a tient !!! En peu de temps, on voit la rue de Vincent blanchir. Incroyable, dire qu' hier on avait un dbut de coup de soleil sur le Brooklyn Bridge ! Aujourd'hui a caille sec et la neige fouette le visage.

La solution, c'est les muses. Notre choix: le Guggenheim vu que le Metropolitan est ferm. C'est dans le mme quartier, 15mn pied de chez Vincent. Et c'est reparti pour un ravissement identique pour la collection de Degas, Seurat, Czame, Renoir, Monet, Manet, Pissaro, Picasso, Braque... Quelle collection !!!

Ct expos, mlant son et vido, photos et sculptures: le travail excellent de Pierre Huyghe et l'originalit inventive et dconcertante de Matthew Barney et son "Cremaster Cycle". Excellentissimo !!!!

Quand nous ressortons, la neige a quasiment cess de tomber. Donc ballade et quelques photos dans Central Park juste en face ! Des skieurs de fond, des joggers, de la luge et les premiers bonhommes de neige. Retour par Spanish Harlem pour s'acheter un bonnet ! Enfin !!

Mardi dernier tait le grand rendez-vous disquaire de New York. Nous sommes exhalts l'ide de visiter ce qui est pour nous un temple de la musique jamaicaine: Coxsone Records ! Coxsone et son label Studio One ont longtemps taient les disques n1 en Jamaque !

On part sur Brooklyn, dans la Fulton Street (au 3135, mtro Norwood Street). La boutique est deux pas. On n'y verra jamais Coxsone l'intrieur, par contre ce sont ces enfants qui tiennent la boutique...

Et celle-ci est bien pittoresque: vitrines qui affichent surtout du matriel lectronique et l'intrieur un cafarnaum !!! Des disques poss dans tous les sens, des piles de vieux 45 tours, des cartons de 33 tours entasss partout !! On passe une sacre aprs-midi, couter des vieux standards, des rarets, des nouveauts frachement arrives. On fait mettre nos vinyles de cts. On reviendra le lendemain avec nos sacs et du cash tellement la pche a t bonne...

La partie du mtro de Brooklyn est arienne. On dcouvre un bout de cet immense quartier avec des immeubles taille humaine et des rues beaucoup plus tranquilles qu' Manhattan. On sent bien qu'ici, c'est plus rsidentiel et que tout le monde va travailler sur Manhattan...

On s'arrte manger dans un resto latino, on cause espagnol la serveuse tout heureuse de pouvoir s'exprimer dans sa langue natale ! Il est dj 18h...

Retour rapide chez Vincent et je repart seul pour Brooklyn justement ! J'ai rendez-vous avec David Hillyard, le saxophoniste vu lors du concert de dimanche soir, sur la mme Fulton street mais plus dowtown, au Frank's Lounge (prs du mtro Atlantic avenue). Le bar est sympa, clientle plus ge que moi. Dave m'invite pour quelques bires. Il part le lendemain avec son autre groupe (les excellents Slackers !) en tourne pour quelques dates du ct de Miami.

Je dcouvre la Brooklyn Lager, bire du cru, en bouteille qui me fait penser la Tsing Tao chinoise... On discute pas mal, il me donne de bonnes adresses. Cool !! On propose de se revoir pour dcouvrir un petit bar qui a commenc son activit l'poque de la prohibition. Dave me dit qu'il est au niveau de la baie, au sud de Brooklyn, loin du mtro et prs des quais o la mafia venait jetter les lments gnants au pied btonns dans l'Hudson river. Pour info, c'est le bar en pochette sur l'album "Red Light" des Slackers...

Ca marche, on doit se recontacter au retour de sa tourne. Je rentre tard, je me lve tt. Direction Coxsone pour rcuprer nos disques. Brooklyn nouveau, Vincent n'y est all que trois fois depuis quatre ans, on va battre son record en une seule semaine !!

Sbastien nous accompagne cette fois-ci. Il nous avoue son amour pour le rock steady (soul jamacaine). On lui fait une petite slection. Biensr, on coute encore de nouveaux disques. On ngocie comme on peut un prix d'ensemble... On doit revenir vers 17h retrouver le reste de la clique pour boire un verre avec une amie de Vincent mais cela ne se fera pas. Tant pis ! On se rabat sur un excellent restaurant mexicain sur la 2nd avenue, le Taco Taco (entre 89 et 90 street). La margarita, les totopos, les buritos, la salsa en musique de fond... Yes !

On refte le dpart de Vincent pour Mexico DF !!! Et puis a y est notre amphytrion est enfin en congs. Le lendemain, on se rend au sud de l'le de Manhattan vers les quais. Vue sur l'ile de la statue de la Libert, Ellis Island, Staten Island, les vieux quais des pcheurs...

On est Wall Street, quartier financier, de la bourse sans Jean-Pierre Gaillard. On va voir le Ground Zero (ex-Twin Towers pour ceux qui n'auraient pas suivit l'actualit depuis deux ans !!). Cela nous donne une ide de ce que doit tre Bagdad en ce moment. Les gravas en moins car les travaux de reconstruction ont dmarr.

C'est le plus ancien quartier de New York. Y'a une vieille petite glise avec son cimetire ct aux noms hollandais sur les tombes. Wall Street est l'endroit o il y avait le mur d'enceinte de la premire bourgade !!! Broadway, une des plus grandes avenues du monde (plus de 40 km), dmarre l et suit un vieux chemin indien (un chemin des Natives comme ils les appellent ici). D'o le ct sinueux de ces seules rues par rapport toutes les autres construites sur le mode quadrillage.

Le soir, Times Square est le lieu o Vincent et Sbastien vont faire des photos illumines. On part ensemble se frotter aux touristes. Puis j'entrane Dominique vers Alstor place au Grassroots, un pub sur St Marck street (entre la 2nd et 3rd avenue). Le lieu grouille de jeunes, pas de touristes, bonne ambiance et pintes de bires prix trs correct. Le patron nous remet sa tourne. C'est cool !!! Domdom tant un alcoolo fini, il apprcie vraiment le geste !!!!

Vendredi, rveil difficile pour certains, mais c'est un peu a tous les jours ! Papi Daniel est parti biner dans le jardin et faire son PMU !! On espre qu'il retrouvera le chemin parce qu'il est compltement gteux. Il attend avec impatience l'arrive de Cdric dimanche pour qu'on change de tte de Turc... (?)!!!

Y'a les cartes postales faire. Elles vont peut-tre arriver avant que je rentre ce coup ci. On a prvu de se ballader avant de rejoindre le stade de baseball du Bronx pour voir la meilleure quipe de NYC jouer. On se familliarise avec la culture locale comme on peut.

En direct du Yankee Stadium, votre journaliste prfr reprend du galon pour vous commenter ce superbe match de baseball ce vendredi 11 avril 2003 19h30 !!! Ouais ben, en guise de match, on a trouv un stade moiti vide et un crachin continuel qui aprs une attente d'une demi-heure a dcid les autorites comptentes annuler la partie nocturne... Alors, on rentre chez Vincent pour le mga gueleton sur fond de film dvd "Y Tu Mama Tambien" (film mexicain excellentissimo). Mais ne voulant pas en rester l, je prends sous mon paule Domdom et Daniel pour vrifier une nouvelle adresse donne par ce cher Dave Hillyard. On part dans l'East Village, via mtro Astor Place.

Le Mona's est un pub situ entre la 14 et la 15 street sur l'avenue B. Et ma foi, on se laisse sduire: cadre sympa, un long comptoir, salle plus troite, public d'Amricains plus mlang et tranquile, billard au fond, gros juke box... Fermeture 3h du mat', mais on se fait enfermer le temps d'une dernire pinte ! On s'arrte manger dans une pizzeria, il est 4h du matin. C'est comme a New York : beaucoup de commerce restent ouvert 24h/24h. C'est un Tunisien qui nous sert content de pouvoir parler franais avec nous. Il a vcu un temps Marseille avant de venir s'installer ici...

Le mtro new-yorkais ne s'arrte pas la nuit mais les attentes sont longues, trs longues parfois... On se couche finalement au petit matin. D'o un rveil trs tardif qui rduit notre journe peu de choses et restreintes dans le quartier tout proche: lessive, carte postales, courses... Par contre, le change sera donn le soir mme avec le concert de Biohazard. Oui, vous avez bien lu ! Biohazard, groupe mythique de hardcore new-yorkais, s'est reform et s'apprte d'ailleurs tourner en Europe. Vrifiez votre calendrier que diable ! Ils jouent au club L'Amour (1545, 63rd street; mtro 62nd street ou New Utrecht avenue) Brooklyn. Cela nous fait une heure de mtro et deux changements ! L'Amour est un club mtal et hardcore sans aucun doute.

On passe pour des papis quand on se prsente devant l'entre, Daniel plus encore (mais sans le plan PMU cette fois-ci) !!! Pourtant toute cette jeunesse disparatra sur le coup de minuit. Ah, les fameuses autorisations parentales !! On montre nos passeports l'entre et un vigil nous colle des rubans pour pouvoir commander de l'alcool au bar. C'est interdit si on n'a pas les 21 ans requis. Il est 20h, et c'est en fait un festival de groupes plus ou moins bon qui va dfiler avant les stars.

Biohazard montent enfin sur scne pour assner son mur de son qui tranche dfinitivement avec l'ossature squelettique des prcdantes premires parties. Ici, c'est du carr au millimtre prs, du professionnel, du trs bon, hardcore 100% pur jus. Waouh !!!

Dimanche matin, Sbastien se lve tt car il veut assister un crmonial dans une glise de Harlem. Il a peur de ne pouvoir le faire le dimanche suivant, car c'est le jour de son avion de retour. Nous, on ira le dimanche de Pques avec Cdric en prime. Il doit arriver avec Bruno d'un instant l'autre. On attend lassivement sous la couverture, Vincent est parti les chercher l'aroport !!!

Un bruit de porte et c'est les retrouvailles ! Domdom en prend pour son grade bien sr !! Le surnom d'Etron Fumant ressurgit !!! On file manger dans un bouiboui. Et Vincent et Bruno saute dans un taxi pour l'aroport. Ils partent dix jours entre New Orleans et la Louisiane...

Le beau temps est revenu et les ballades pied aussi. Alors visite Downtown avec Cdric qui ne connat pas Canal Street, Tribeca, Soho, Wall Street, Ground Zero... Bonne trotte. Arrt par l'East Village pour boire un coup et pcher quelques disques. Le soir gros repas devant Snatch ! L'installation projo/dvd de Vincent est vraiment trs bien !!

Lundi, on bataille pour trouver un endroit o acheter nos billets l'avance pour les prochains concerts. Puis, certainement une des visites les plus touristiques de NYC, la statue de la Libert et Ellis Island o dbarquaient les immigrants. La statue, c'est sympa pour la photo mais c'est tout. Le plus intressant se trouve sur Ellis, beau muse sur plusieurs tages dans les btiments mme de l'administration de l'poque.

Retour chez Vincent, dner ultra rapide car on a rendez-vous l'Irving Plaza pour le concert de Molotov, les stars de Mexico: punk-rock-rap-reggae. Grosse prestation devant un public quasi exclusif de latinos dbordant d'nargie. Par contre trs cher pour seulement 1h30 de musique, une salle qui devait tre un ancien thtre, donc avec des poteaux, un balcon, et un son qui se barre dans tous les sens. Dommage, car sur scne Molotov se lche bien.

Cdric se dbrouille pour approcher le manageur et discuter d'un projet compil' avec les membres du groupes. On rencontre ensuite un rappeur local d'origine guatmaltque qui nous passe sa dmo... Les contacts sont pris, bon pour le label tout a !

Mardi matin, on s'enfourne pour deux heures trente de mtro car y'a eu une petite erreur de direction qui nous a cot une heure minimum ! Casse houilles force ce mtro !! L'arrive, c'est Coney Island, les premires plages de New York au fin fond de Brooklyn. Cela fait bizarre de ce retrouver sur cette cte face la mer d'huile, le soleil au beau fixe, et des couples qui bronze sur la plage ou les bancs... Petit parc d'attractions, marchands de glaces et de sandwich, de fruits de mers, terrain de pelotte main nues, la ballade est plaisante !

On arrive sur Brighton Beach et dviation par l'avenue du mme nom. C'est le quartier russe ici, rput pour tre le lieu de blanchiment de la mafia. L'arrt se fait dans un tout petit restaurant la carte incomprhensible depuis l'extrieur. On tente ! Il est trois heures et le restau se remplit en mme temps que nous nous installons. Notamment une attable de vieux russes qui se font d'abord le gosier, vodka sur vodka !

En fond, une tl donne les infos en russe. On comprend que aparle de Saddam Hussein... C'est un restau Ouzbek. Et maminouchka !!! Le repas qu'on s'est fait l dedans: pains ouzbeck et fourr, poulets grills, feuilles de vigne, frites, carottes et oignons pics, brochettes aux quatres viandes... Heureusement que la carte tait traduite car la serveuse ne parlait pas l'anglais...

Retour sur Brighton beach, quelques photos, mtro pendant une heure et pour moi arrt pour faire un petit disquaire. Rendez-vous vers 18h pour repartir au Yankee Stadium, pour assister enfin un match de baseball. On change nos billets de la fois prcdante tant bien que mal. On s'installe dans le stade. Devant nous deux grosses buses ricaines, deux supporters de base. On est dans la partie des bleachers, la moins chre du stade. Et cela se ressent! Insultes pour destabiliser le joueur adverse tout proche, vannes contre un gars qui est venu avec une casquette d'un club de Boston...

Pause patriotique, faut se lever pour ne pas se faire remarquer ! A la mmoire des morts et en soutient des troupes en Irak, diffusion de l'air national amricain. Bleurk, le voisin de Sbastien la larme l'oeil... Le baseball c'est sympa mais il ne s'y passe pas grand chose de surrexitant ! On passe par l'appart prendre les appareils photos. Monter en haut de l'Empire State Bulding, profiter des lumires noctures et des sensations de vertiges 443 m au dessus du plancher des vaches !! Superbe !!! Envie de tester le bar tenu par un Ukrainien fou ?

Ca marche, retour dans le mtro o une nouvelle erreur, nous fait perdre encore une heure !!! Leur putain de micros fonctionnent trs mal dans les rames. Aaaaarggghhh !!Enfin de nouveau l'East Village, mais nous ne trouvons pas le bar en question. Domage...

Difficile rveil, Daniel, Cdric et Domdom dcollent les premiers. Je reste avec Sbastien et nous nous dcidons pour aller visiter l'ONU, plutt les jardins dont Vincent a vant la beaut quelques jours au paravant... Visite rapide du btiment, quelques expos sympas dont une d'objets artisanaux du Mexique propos par la banque Banamex (qui vient d'tre rachet par une banque amricaine je crois)...

On se dirige vers les jardins. Ceux-ci sont ferms par mesure de scurit. Ah sacr Ben Laden !! Donc pas de photo au bord de l'East River, domage, il fait un temps superbe. On se rabat vers le Chrysler Bulding tout proche pour quelques prises de vues. C'est la tour qu'on confond parfois avec l'Empire State Bulding, une grosse antenne finit au bout des deux gratte-ciels ! Cependant le Chrysler a une forme plus arrondie, motifs art-dco sur la flche et quatre normes ttes d'aigles qui font penser des gargouilles.

Ballade dans le Midtown puis je quitte Sbastien pour Greenwich Village faire deux disquaires reprs la premire semaine. Retour l'appart, petit apro et cuisine base de poulet et de riz. Je file au Knitting Factory's Old Office (74 Leonard Street, entre Broadway et Church Street, mtro Franklin Street). Ce lieu a la rputation d'tre le meilleur club Acid-Jazz de toute la ville ! Mais j'y viens surtout pour la soire Crazy Baldhead qui met en avant le Jammyland Band (le boss du magazin de disques Jammyland la basse, Agent Jay la guitare, un batteur et une chanteuse) avec en invit Vic Ruggiero, claviers des Slackers !!! Gros son reggae, riddims classiques, la chanteuse alternant chant et toast rub-a-dub. La pinte de bire est 3$, je suis dans mon lment !

A la fin du concert je discute avec Vic de la future tourne des Slackers en Europe (mai/juin 2003 !!!) et je rencontre un gars Colombien d'origine qui est fan de Kortatu et de la Mano Negra... Je prends son contact. Jeudi, Cdric et moi partons visiter le Spanish Harlem, faire les disquaires du coin et reprer une glise en prvision de la messe du dimanche midi.

Faut croire que Cdric est un sacr VRP, car il arrive vendre rapidement pour 80$ de disques aux vendeurs locaux. C'est vrai qu'il parle comme un mexicain et j'ai tendance le laisser faire. Je jette plutt un coup d'oeil sur les sorties latinos. Y'a pas mal de disques qui sont parus depuis mon dernier passage en Amrique Latine !

Biensr, on dgotte une adresse d'un grossiste qui approvisionne tous les vendeurs d'ici. Nous sommes rsolus de le rencontrer le lendemain pour discuter d'une possible distribution des productions Sabor Discos. Mais avant de quitter le Spanish Harlem, nous nous offrons un petit plaisir sous forme de tacos dans un restau mexicain. Souvenirs, souvenirs...

Vendredi, dpart tt pour le Queens, un quartier o nous n'avions pas encore mis les pieds. Nous partons la rencontre du grossiste sans rendez-vous comme on nous l'a conseill. Domage ! On aurait mieux fait d'couter notre intelligence occidentale, car le gars n'est pas encore arriv dans sa boutique.

Petit tour de quartier histoire de tuer le temps. L encore que des latinos partout. Le guide de Cdric indique que la maison o a vcu Louis Armstrong la fin de sa vie a t transforme en muse. On essaie en vain de trouver la rue de celle-ci. Pas vident sans plan, tous les guides donnent le plan des rues de Manhattan mais quasiment rien des autres quartiers !!

Deuxime passage par la boutique du distributeur mais il n'est toujours pas arriv. On laisse notre carte et on file sur Brooklyn. Nous avons rendez-vous avec Papi Daniel (le bneur du petit matin) et Domdom (la machine ronfler et pter) sur Utica Avenue. On dbarque dans plein quartier jamaquain !

On va manger Caribean Food !!! Du Calalou, du ackee and salt fish, rice & beans, un espce de ragot de boeuf, des bananes frites, poulet curry rti (comme au Surinam, servit dans une crpe avec des patates) et la ginger beer (bire au gingembre, spcial !).

Courte ballade dans le quartier, gros arrt chez le disquaire d' ct. Ensuite retour dans le Queens pour visiter le MOMA (muse d'art moderne). Il accueille l'expo Matisse-Picasso que j'ai rt Paris. Cool, ou presque... En fait, il fallait rserver l'avance son entre. Donc c'est loup car la journe est sold-out ! AAArrrrggghhhh !!!

Dcidment les soirs commencent se ressembler. Apro, cuisine et rapide tour sur internet pour vrifier les mails. Quand j'teins l'ordi, tout le monde dort dj. Il est minuit pass, je sors pas de loup.

Au bas de la rue de Vincent (sur la 1 avenue) il y a un saloon rock'n'roll. C'est l'occasion d'aller le visiter ! Et cela vaut le dtour de voir a au moins une fois ! Un groupe fait de bonnes reprises d'Arosmith, Slayer, Beastie Boys... Une fille avec un chapeau de cowboy danse comme une folle, a hurle, a boit. Ici, c'est un saloon avec avec sa bire, il faut commander un verre d'alcool fort, cul sec !! Ce sera vodka pour la digestion.

Dans un coin, gars joue au jeu lectronique. De temps autre sa copine vient lui caresser les houilles par derrire. Ceux-l ne tarderont pas aller se coucher !! La dco au dessus du bar est base de soutient-gorges de toutes tailles. La serveuse porte un jean taille basse avec un haut de maillot en laine. Elle se fout de moi gentiment et je regrette de ne pas parler suffisemment anglais pour la remballer. J'ai l'impression d'tre dans le bar cowboys d'o s'chappent les Blues Brothers dans le fameux film.

Samedi, retour dans Brooklyn ! A ce mtro quel bonheur, on l'aime !! Je passe chez Coxsone faire mes dernires amplettes. Puis arrt Astor Place, et remonte vers Union Square, par la 3 avenue envahie des stands du march qui se tient chaque fin de mois. La chaleur est l, les gens sont souriants, j'espre trouver cette ambiance printanire mon retour en France.

C'est la dernire soire de Sbastien New York. Donc apro chez Marie et direction un excellent restaurant japonais un block de chez elle. On se dchausse l'entre, la table est en fosse avec un grill au centre. On gote au plat des un et des autres... Puis la dernire bire au Mona's pub quelques rues plus loin.

Aprs cette petite nuit, c'est le grand jour de la messe pascale dans Harlem. Youpi ! On met une belle chemise, on affiche notre beau sourire et on trouve une excellente glise baptiste o nous sommes les seuls touristes. C'est un crescendo de sermons, chants, annonces de prochaines manifestations, collectes de dons... Pas de communion, une maman nous fait signe quand il faut se lever ou s'assoir, nous passe un livre de chants... Trs bon accueil, serrement de paluches avec le pasteur la fin de la crmonie.

Waouh ! Quelle ferveur !! La dernire heure a t poustouflante. Le sermon du pasteur est ponctu d'annecdotes comiques. Puis son discours se transforme en chant. L'assemble acquiesse de Amen ou reprend la phrase leitmotiv. La tension monte et le pasteur chante de plus en plus. L'orgue accentue cette fivre qui monte. Pas de transe, mais on sent bien que cela peut arriver dans ce type de crmonie !!! Quelle joie, quel plaisir de chanter des louanges Dieu. Dire que si cela se passait comme a en France, les glises seraient pleines !!!

Quand on en ressort encore abasourdis, Cdric qui ne perd pas le nord, nous entrainne dans un restau mexicain. Son ventre a bien compris qu'il est deux heures passes. Et il a raison car on se rgale !

On court au MET (l'quivalent du Louvre). Et on passe au retour par Central Park envahie par les familles, les rolleurs, les vtt-istes, les amoureux... Soire tranquile avec le retour attendu de Vincent (matre des lieux) et Bruno ! Plus que deux petites journes...

Derniers jours in New York City 7 Bah, ouais, toutes bonnes choses ont une fin !!! Mais, les souvenirs restent et on se sent enrichi !! Ils sont bien arrivs dimanche soir, les deux zbus ! Rveil soudain en plein sommeil (en ralit seulement 30 mn aprs m'tre couch, mais la fatigue aidant...). Aaaahhhh, Bruno, cette faon de jetter Domdom !!! Et Vincent, un tantinet accro de l'espace monopolis par Papi Daniel... Oui, rentrer aprs 1h du mat' dans son appart alors qu'il est dj squatt par quatre personnes, ce n'est jamais vident..

Le lundi est la dernire vraie journe. Domdom se lve ultra tt ! Il double mme Papi Daniel qui se prlasse encore !! ll part en avant, tel le grand chef claireur qu'il sut tre, reprer les lieux et les tickets pour le MOMA (muse d'art moderne). Et il russit sa mission en plus !!! Nous voil de retour au Moma avec les entres qu'a dgotte Dom.

Entre-temps j'ai entrainn Bruno vers des extrieurs, notamment le Spanish Harlem... J'y achte mes derniers cd. J'ai intrt les travailler avant mes prochaines soires !! Je vois enfin mon exposition Matisse/ Picasso. Cool, de trs belles pices ce qui renforce mon intrt de NYC et les oeuvres d'art qu'elle possde...

Lundi soir tait rserv la soiree latino. Nous devions nous rendre au SOB'S pour le concert des N1 Colombiens: El Groupo Niche !!Cependant, le lendemain tant notre dpart, nous nous sommes rabattus sur une option pour franchouillarde: le partage du repas avec les autres invits. Le restau tait mexicain. On s'y croyait... Les Magarita's taient dlicieuses. On commandait en espagnol, les tortillas taient fraiches...

Dcid continuer cette conversation dans un bar latino que nous cherchons en vain, nous nous rabattons sur le Raven (avenue B dans alphabet city, entre la 10 et la 14 street, par l !), un pub o joue les Crazy Bald Heads... J'apperois Agent Jay et Vic Ruggiero (du Slackers agglomr !!). Toujours est-il que Vincent retrouve rapidement son rle de guide: expliquant ce que c'est un Amricain aux plus rticents d'entre-nous. Expliquant ce que signifie vivre New York, insistant et donnant l'envie d'y revenir... New York nous est toujours ouverte !! On y a tant dcouvrir encore !!!

Le lendemain, tranquile, on attend le retour de Vincent de son travail (beh oui, c'est le cas). Nous, on prend des forces. Et on se dit qu'on aurait pu aller une dernire fois au MET. Dommage, car il y a encore tant de chose dcouvrir !!! C'est le temps qui file et les dtails de mmoire avec... Quand j'arrive en France, je me laisse bercer par la douceur de ces intentions... La campagne a revtue son manteau vert. Le soleil tarde se montrer. Et je sais vos plaisanteries, Je me dis que je reviendrai d'une manire ou d'une autre !!!!

Final sur un extrait de mail reu de Bruno depuis New York la semaine suivant notre retour !!! Dominique a russi laisser un petit souvenir avant de partir : la baignoire s'est bouche ce matin lorsque Cdric prenait sa douche et on a tous souponn l'Etron fumant de ce geste sournois et vil.L'appart de Vincent parait immense maintenant que l'on n'est plus que trois, mme Vincent a l'air de redcouvrir celui-ci. Cdric a repris du poil de la bte maintenant qu'il ne se fait plus torturer par ses bourreaux sortir pas d'heure jusqu' 4h du mat tous les matins... Bruno.

ITINERANCE ESTIVALE : 4 SEMAINES AU VENEZUELA

ITINERANCE ESTIVALE AOUT 2002 4 SEMAINES AU VENEZUELA

Parce que le pays connat ce jour une crise politique et conomique majeure, il ma sembl bon de revenir quelques instants sur les tapes de mon voyage au coeur du Venezuela pour mettre en vidence ces atouts gographiques, la gentillesse de sa population et son potentiel en matire touristique vident.

Il faut savoir que le Venezuela est un pays immense qui ncessite du temps, un peu dargent ($ bolivares ! ! !) et beaucoup de patience pour sengager dans dinterminables files dattente (bus, banques, administrations...). Parler lespagnol est un bon plan dans tous les cas pour discuter avec la population locale, tudier les us et les coutumes diverses, admirer les jolies filles qui sont lgions dans ce pays (secret de fabrication ?). Avions ou autobus, suivant les budgets, permettent de se dplacer aisment sur tout le territoire (de prfrence la nuit pour conomiser une nuit dhtel). Pour moi, ce fut le bus.

Voici donc les grandes tapes de mon voyage !

Mardi 30 juillet :

Dpart de laroport de San Sebastian (Espagne) pour un priple de 27 jours pied et sac dos, muni du  Guide du Routard , du  Petit Fut , et de quelques contacts e-mail obtenus par el seor Herv de la multinationale Sabor Discos.

CARACAS :

Incontournable ! ! ! Quand on atterrit son aroport, cette mgapole est tout sauf une sincure. On peut envisager, ce que jai fait, dy passer deux jours seulement pour visiter le centre ville. Trs vite, on se sent touff, stress par une tension palpable qui fatigue son hte. A voir : le Capitole, la Plaza Bolivar, les rues archi bondes de camelots en tout genre (ambiance latino garantie !). A utiliser : le mtro qui traverse la ville de part en part. Eviter de traner seul dans les rues aprs 20h sous peine de faire des rencontres non dsirables. Le meilleur moment de la journe : sasseoir une terrasse de bar et commander son petit djeuner, le spectacle est dans la rue ! CORO (nord-ouest) :

Caracas-Coro : 8 heures de bus. Attention la climatisation pousse lextrme dans tous les bus du pays, il est prudent de se couvrir pour les longs trajets ! Le calcul de mon budget global mautorisait 30 euros par jour tout compris, ce qui, chaque jour mencourageait dormir dans les htels les moins chers ! Il nest pas vident de trouver des logements chez lhabitant. Coro est une petite bourgade crase par la chaleur (attention aux moustiques) qui ne prsente mon avis que peu dintrt. A faire : une ballade dans le dsert miniature de Mdanos (cest gnial et trs reposant !), prendre le bus jusqu Alicora pour se baigner dans la mer des Carabes au milieu des cormorans et autres plicans. Prudence au soleil, il est redoutable et npargne personne.

SAN CRISTOBAL (ouest) :

Coro-San Cristobal : 12 heures de bus. Ville frontire avec la Colombie. Le principal intrt de cette ville se nomme Eduardo, qui maccorde lhospitalit au domicile familial o rgne sa maman  Maria petit bout de femme haute en couleurs et dbordante de gnrosit. Dcouverte des groupes ska vnzuelien, interview la radio Mega o travaille Eduardo, dgustation prolonge de rhum et de bire Polar, repas entre amis et fte qui sen suit. Cest aussi a la dcouverte dun pays. A faire : un dtour le dimanche Perico, petit village montagneux qui la particularit daccueillir les voitures-discothques, chaque propritaire se faisant un devoir de pousser le volume de son systme au maximum en sirotant une... Polar !, entour de jolies filles pour mieux refaire le monde.

MERIDA (cordillre) :

San Cristobal-Merida : 5 heures de bus Accueilli par Nestor et Andrs du groupe ska  Paro Civico , je me retrouve dans une trs jolie ville tudiante o il fait bon vivre. Panorama sur la Cordillre, climat trs agrable, un sentiment de scurit retrouv, des rues o il fait bon dambuler la recherche du souvenir qui tue !, les meilleures  arepas (spcialits du pays), ou de Simon Bolivar dont la statue orne toutes les places centrales du Venezuela. A noter : le sport favori des jeunes reste le  cellular , tlphone portable brandi 20h sur 24h quil soit ou non en tat de fonctionne ! Limportant cest den avoir un. Les Paro Civico sont des gens adorables qui sont aux petits soins pour ma personne, cest agrable dautant plus que jai prvu de les accompagner lors de leur concert Bogota quelques jours plus tard.

BOGOTA (Colombie) :

Taxi puis avion avec les Paro Civico. On peut dire ce quon veut : oui, Bogota est une ville encore plus dangereuse que Caracas, mais se retrouver sur la Plaza Mayor qui a accueilli quelques annes en arrire un groupe du nom de Mano Negra pour un concert de folie, a fait quelque chose... A voir absolument : le centre ville (en plein jour !), el Museo del Oro, concentr dhistoire et de richesses accumules au travers des sicles. Paro Civico en concert, une ambiance incroyable avec un vrai public qui soutient les artistes (back to la scne alternative des annes 90 en France) A viter : les promenades nocturnes pied Bogota seul ou plusieurs, moins davoir des tendances suicidaires, le taxi reste obligatoire.

Dimanche 11 aot : retour Merida

LES LLANOS (prs de Mantecal) :

Merida-campement Llanos : 9 heures. Sortir des villes, plonger dans une ambiance nature aprs lpisode de Bogota me paraissait indispensable. Lagence tour Guamanchi (Mrida) me propose 4 jours dimmersion totale dans les llanos (marcages), un guide tant pour ce type de sjour indispensable. Au programme : campement sobre, nuit dans un hamac, approche dune faune et flore extraordinaire : camans, varans, tatous, rapaces, piranhas, boas et anacondas, des centaines doiseaux et autres animaux. Ballades cheval, en pirogue, rafting et repas la bougie participent au dpaysement le plus total. Un bon point pour Harry le guide de Guamanchi qui allie comptence et bonne humeur. Le tout un tarif abordable, nhsitez pas !

BARQUISIMENTO :

15 heures de bus entre Mrida et Barquisimento pour cause de dtour par Barinas. Accueilli par Dana la gare (activiste de la scne musicale locale) puis par Theny du groupe Mr Swing and the Bongo Clan, je ne connatrai de cette ville que luniversit et quelques bars o le karaok se dispute le monopole avec une ambiance plus  live et lectrique. Parilladas, match de street-football, rencontres multiples me permettent de conforter ma vision dun pays o la jeunesse ne demande qu sexprimer au-del des clivages socio-politiques trs pesant.

ISLA MARGARITA :

Barquisimento-Puerto la Cruz : 10 heures de bus Puerto la Cruz-Isla Margarita : 4 heures de bateau Sjour dtente sur une le dont le nom est dj tout un programme ! Atterrissage lhtel kitch  Nuevo Paraiso Porlamar qui sera mon port dattache durant 3 jours. Ile trs agrable, peu exploite en cette priode sur le plan touristique, des plages semi-dsertes, une mer calme, des plicans qui vous observent... A dcouvrir : la playa Caribe (pour sa quitude), la lagune de Restinga (mangrove et cactus gants), le village de Santa Ana pour lachat dun hamac de comptition.

Quatre semaines ont pass, retour sur Caracas pour cause davion, sur des airs de Las Ketchup et de Los Elefantes  Asi es la vida . Beaucoup de paysages restent dcouvrir, la Gran Sabana, los Roques... qui mritent eux aussi le dtour. Je vous invite bien videmment dcouvrir ce pays seul ou plusieurs, faites si possible votre propre itinraire, les rencontres nen seront que meilleures. Un grand merci tous les gens qui mont accueilli et hberg avec beaucoup de gentillesse, je pense eux en ces temps de tourmente. Promis, je reviendrai au Venezuela.

D. VALDES

P.S : Abrazos Herv Molia pour tous les bons contacts qui mont facilit la vie !

mercredi 23 août 2006

des nouvelles de Brangre et Fred Caracas !

Un de nos grands amis venezueliens (je ne m'attendais pas crer des liens si fort en une anne mais les sentiments ne sont jamais de passage !!!) m'a demend ce qui tait et ce qui resterait le plus beau souvenir pour moi du Vnzula !?! C'est le genre de question ou vraiment on a du mal a rpondre, mme autour d'une bonne bire... Et bien ce que je trouve le plus beau du Venezuela, c'est la gente, les gens, le peuple ! Des gens pour une grande majorite pauvre ou presque, mais le peu qu'ils ont, ils le partagent... et ca c'est quelque chose qui me restera dans les veines un bon bout de temps je pense... L'espoir qu'ils ont, dans le coeur, les yeux et pour de vrai de ce que je vois, la vie dans les mains. Ce pays m'a redonn la foi en ma religion, celle de l'humanit, qui m'avait quitte depuis bien longtemps, blase de tout dans cette vieille et triste Europe et France, l o on te fait croire que t'es libre de dcider, libre de faire, libre de penser, libre de construire ton futur........



L'Amrique du Sud m'a appris que les alternatives sont possibles, le tout c'est d'y croire et se battre !



Hasta prunto amigos, que vaya bien, y hasta la victoria siempre !!!

Chao pues Bran et Fred.

jeudi 15 juin 2006

Les bronzs sur lamazone

Les bronzs sur lamazone

Voici lhistoire des excellentes vacances de Mathilde, Virginie et Cdric sur le plus grand fleuve du monde !

Lavantage des aventures avec Cdric cest quelle dmarre bien avant le jour J.

jeudi 06 avril, 17H : La Cie brsilienne TAF appelle pour nous dire que lavion est repouss. Un imbcile ayant disparu depuis une semaine de son bureau Rio de Janeiro, il na pas pu sign le document permettant la Cie de pouvoir atterrir en Guyane ! La TAF a donc lou un avion a une autre Cie et celui-ci au lieu de parti le vendredi 16H ne partira que vers 23H !!!!!! Youpiiiiii

vendredi 07 avril matin : Ntant pas presss, on na pas prpar les valises, je pars faire mon mission de radio pendant que Virginie range lappartement. A 11H, en pleine mission, Mimoune dbarque et me dit que la TAF a appel et nous propose un avion de 16 places qui part 16 H. Aprs discussion elle les rappelle pour confirmer et me dit que lavion mettra deux heures pour aller Macapa au lieu de 45 mn. Je suis toujours au milieu de lmission radio avec les lves et je dcide de les rappeler 12H car je ne comprends pas. En fait ils ont lou un coucou dAir Guyane, la Cie locale, et cherche des volontaires. On dcide donc tant bien que mal darriver temps pour lenregistrement laroport 14H. Nous devons laisser la voiture chez des amis Cayenne mais impossible de les joindre et plus dunit sur le portable durant le trajet. La panique sinstalle, va-t-on laisser le vhicule une semaine sur le parking de laroport pour payer cher et peut-tre se faire ouvrir la voiture ? Par chance le pote nous appelle durant le chemin et nous pouvons laisser la fiat chez lui. On arrive enfin laroport et on croit tre sauvs sauf que lon saperoit que les autres passagers qui partent pour le Brsil enregistrent en mme temps que nous car on leur dit que lavion partira 16H et non durant la soire comme annonc prcdemment. Mon sang ne fait quun tour, ce serait-on fait avoir puisque dsormais nous partons sur un coucou qui mettre plus de temps que les autres. Mais on nous annonce en apart que leur vol ne partira pas avant 18H. De toute faon on doit aussi patienter jusqu 16H15 et nous apprendra plus tard que les gens de lautre vol sont partis aprs 20H donc au final on a bien fait de partir plus tt.

On arrive Macapa vers 18H et les ennuis se poursuivent : le change nest pas ouvert et aucun distributeur ne fonctionne. On se retrouve 3 sans argent et laroport est en dehors de la ville. Par chance un homme sympathique nous propose de nous emmener en ville pour retirer dans une banque. Je me mfie un peu mais on na pas le choix et on est 3. Il nous dpose en effet dans plusieurs banques avant que lon puisse retirer : la Banco do brasil na pas fontionn mais HSBC oui, heureusement. Puis il nous dpose dans un htel que nous avions choisi au hasard sans rien accepter : cest le Novo Mundo qui offre une chambre avec 3 lits simples, une clim, un frigo et le petit dj pour 65 reais (1 euro = 2,6 reais). Le soir on va sur le lieu o se retrouve toute la population au coucher du soleil, les quais et les restos de lesplanade du Beira Feiro. Cest cher mais les plats sont si grands quon narrive pas les terminer tout en coutant le chanteur qui tente de mettre lambiance. Peu de gens mangent en ralit dans cette srie de bars-resto de bord damazone mais ils sont bien habills et viennent boire des bires, mme les filles qui en raffolent ! Aprs une journe pareille, pleine de stress, on a mrit une bonne nuit, les petits !

Samedi 08 avril : On se met vite la recherche du banque afin davoir suffisamment de liquides mais elles sont toutes fermes car elle nouvrent qu 11H au Brsil !!! Nous en profitons pour visiter la maison des artisans o Virginie, tel un Pierre Richard au meilleur de sa forme, se retrouve coince dans les toilettes pour femmes. Heureusement que je me suis aperu de son absence trs longue (25mn) car sinon elle y serait encore ahahahaha ! On continue la ballade agrable : les magasins, la magnifique forteresse de Macapa style Vauban, et les fabuleuses agence de voyage qui nont aucun renseignement nous fournir sur les dparts en bateau pour Manaus, dautant plus que le port de Macapa se situe 30 km de la ville. On retourne dans les banques ; et zut aujourdhui cest samedi et elles sont toutes fermes, on ne pourra pas changer nos euros il faut retirer au distributeur. Le repas du midi sera tout de mme excellent sur la jete en bord damazone, le Trapiche que nous recommandons. Aprs une dernire ballade, sous la pluie, nous partons en taxi pour le port de Santana (30 reais). Je marrte poser sur mes propres photos sur la ligne qui symbolise lquateur. Aprs le tropique du cancer au Mexique voici le parallle 0. Jai un pied dans lhmisphre nord et un autre dans lhmisphre sud, trop fun ! Une fois Santana on nous saute dessus pour que lon choisisse telle Cie plutt quune autre et on aura la chance de tomber sur un super navire et de supers gens. On choisit la Cie Coramar et son grand Coramar II en bois qui partira 18H. On nous annonce 36 H de trajet pour Santarem. Arrivs trs avance, on parvient facilement obtenir 2 cabines comprenant chacune 2 lits superposs, ventilateur et lumire dans 4 m. Cest 300 reais la cabine pour 2 mais pour que Mathilde soit seule dans la sienne on doit payer 250 reais aprs ngociations. De toute faon, cela ne changera rien pour elle puisquelle aura, on le verra, deux demandes en mariage !!! On attendait plus de monde sur le navire car on nous avait conseill les cabines pour avoir plus de place que les hamacs les uns sur les autres mais au final nous avons mme la place de mettre un hamac pour y lire la journe. Ce premier soir sera le dbut des fameux repas de tapouilles comprenant presque tous exclusivement durant 6 jours : couac, poulet, haricots, ptes. Mes notions de portugais me permettent de discuter notamment avec un ancien travailleur clandestin en Guyane puis cest enfin la sance cinma en portugais. Il y a en effet deux TV et deux ranges de siges au 1er tage et tout le monde se regroupe pour voir  Alien , qui aprs un problme de DVD, laissera sa place  aux 4 Fantastiques . Rassurez-vous, pas besoin de comprendre le brsilien pour comprendre le film. Ensuite cest la surprise du chef. On a bien choisi des cabines loin de la tl et du moteur mais cest juste derrire la cabine du commandant qui a la trs bonne ide, pour ne pas sendormir, de mettre de la brga fond et en plus, de chanter tue-tte voire de discuter avec ses collgues. Bref, premire nuit.blanche.

Dimanche : premier  rveil au milieu de lamazone. On nous  rveille car il faut prendre le petit dj avant 8 heures et oui la grasse mat est interdite sur lamazone. Le caf da manha se limite 2 gateaux sals et un caf, il ne faut pas tre voraces. Le hamac nous appelle afin de lire et de regarder les paysages : des villages amrindiens avec maisons sur pilotis sont rencontrs rgulirement et les enfants, parfois trs jeunes (4 ans), parviennent prs du navire en poussant des cris car ils rclament quon leur jette nourriture ou affaires. Je poursuis mon apprentissage du brsilien an discutant avec les gens, qui curieux, viennent vers nous et lancent souvent la conversation en parlant du foot et de la future coupe du monde. Les filles en profitent pour sinstruire en regardant la tl  Predator ou  Descent en portugais. En dbut daprs midi, aprs le djeuner pris 11 H (ptes, haricots, poulet, couac) on arrive dans le premier bled important : Almeiri. Les marchandises et les gens montent et descendent pendant que lon sextasie devant les dauphins deau douce. Je photographie tout ce qui bouge. Lamazone nest pas encore large car en ralit on se trouve dans une branche du  delta et nous passons entre les les immenses proches les unes des autres. La profondeur nest pas immense et lon apprendra plus tard, quen saison sche on y passe parfois en camion et non pas en bateau ! cest un paysage de terres basses, de  pantanal et on trouve des glise sur pilotis. Le dner est aussi avanc 18H afin de pouvoir tranquillement regarder le film amricain qui fait rire tout le monde, nous y compris, un genre de  Big Mama . la nuit sera meilleure que la prcdente car jai os demander au capitaine quil baisse la musique mais je ne suis pas sr quil est bien apprci ma requte. Peut-tre que le tarif que lon navait pay nincluait pas le calme !

Lundi 10 avril : On continue de travers les plaines inondes avec cette fois une profondeur record depuis 12 ans (3 m de hauteur en plus) cause des fortes pluies, alors qu la mme poque lanne prcdente, on pouvait y passer en voiture (on a vu les images). Levs 6H on profite de laube mais avec un temps pareil le soleil napparat pas clairement. Des vgtaux se prennent dans le moteur et cest alors une rparation la Mac Gyver. Et vas-y que je te plonge dans leau sans rien ny voir, que jarrache les herbes prises dans le moteur (teint tout de mme) et que je remonte comme si de rien ntait et comme un pirate. Cest-y pas beau tout et viril ! Au loin, enfin les premiers reliefs avec les 2  montagnes de Monte Alegre qui regorgent de peintures rupestres vieilles de 12 000 ans. Sensuivent discussions, jeux (trivial poursuit de poche qui attire tous les regards brsiliens), tl. Pas un moustique lhorizon alors que la dengue fait des ravages en Guyane, EXCELLENT. Ces 2 jours de voyage me rapprochent de lquipage et le capitaine mavoue quil est amoureux de Mathilde et veut la demander en mariage. Je limagine trs bien naviguer sur lamazone toute sa vie et faire la cuisine aux voyageurs, quelle romance magnifique !!!! Apparemment elle na pas imagin la mme chose que moi ! Le petit djeuner est 7H et le djeuner 11H. On quitte enfin le delta et le pantanal pour limmense fleuve amazone. Nous sommes en vue de Santarem o nous accostons vers 13H30 aprs avoir travers une premire fois le partage des eaux du tapajos (eaux claires) et lamazone (eaux boueuses). Les  pirates montent sur le bateau pour dcharger, cest la fin de la premire partie du voyage et les adieux avec lquipage. Un taxi nous prend en charge, nous dpose lhtel puis nous emmne passer laprs midi Alter Do Chao, le fameux site de baignade aux eaux bleues et vertes. Ce quil a gentillement oubli de nous dire cest que lon est en saison des pluies et que les plages de sable sont sous leau. Pour ne pas avoir fait une demi-heure de route pour rien, on fait un tour en barque sur le rio tapajos pour se baigner plus loin et voir des dauphins mais cest rat pour ces derniers. 50 reais pour deux heures bien bof (pour la barque). Dans un magasin dartisanat un vieil homme nous propose de nous emmener voir un collgue lui, spcialiste des hallucinognes et qui est prsent dans de nombreux articles de revues internationales. Le soir cest enfin le resto au kg en bord de mer Santarem : cest recommander car trs bon et pas cher.

Mardi 11 avril : Enfin une bonne nuit mais cest la pluie qui sen mle. Il faut chercher des renseignements dans plusieurs agences de voyage (pour Fordlandia et Alanquer) et retirer de largent sous la pluie. Malheureusement nous nous pouvons faire tout cela dans le temps imparti. Il faudrait rester au moins une semaine Santarem pour faire tout ce quil y a voir autour car les horaires des navires et les dures de voyage ne sont pas faciles. On dcide alors de rester au moins deux jours sur place afin de profiter de latmosphre et de flner dans les magasins. Laprs-midi ensoleill cest donc ballade, magasins et 2 muses (muse de Sao Jao qui est bof avec peu de choses voir et le muse Dica Frizado plus sympa car cest une vieille dame qui fait des vtements en produits naturels pour des personnes du Monde (reine de Belgique, le Pape et Virginie..).

A voir autour de Santarem : -Alanquer: dpart 15H et arrive 17H30 pour 20 reais en lancha mais retour le matin 6H (arrive 8H30). Il faut donc y aller sur plusieurs jours, dautant plus quil faut rajouter 2 H de plus en voiture pour les chutes deau et les sculptures naturelles dnommes  cidade de deus . -Alter Do Chao de septembre novembre (voir plus haut) -Monte Alegre et ses peintures rupestres : minimum deux jours et demi -Fordlandia et son ancienne ville du caoutchouc : il faut 3 jours minimum avec d part le soir et arriv sur place tt le matin et idem au retour (30 reais le hamac et 150 la camarote)

Mercredi 12 avril : Tiens il ne nous est rien arriv de bizarre hier pourvu que dure. Et bien rat, Virginie arrache le robinet de la douche, il y a de leau partout, impossible de fermer larrive deau car gonfle dans la tuyauterie ahayayayay. Enfin les bronzs sont de retour et tout penauds devant la grante de lhtel ! Nous laissons le plombier venir rparer et nous rejoignons notre cher capitaine qui est toujours au port afin quil nous aiguille pour le bateau en partance pour Manaus. Il ngocie pour nous une suite et une camarote pour 600 reais sur l  espirito Santo qui partira dans laprs-midi. Aprs un dernier repas au resto au kilo nous dcidons dtre sur le bateau 13H (il doit partir 14H) mais il ne part qu 16H15. nous retraversons la rencontre entre les deux fleuves sans se mlanger pour rejoindre lamazone. Alors quoi ressemble une suite vous demandez-vous ? Tout dabord cest un navire beaucoup plus gros que les autres avec 3 ponts mais qui reste typique. En bas se trouvent la cuisine et le stockage des marchandises avec des hamacs, le premier tage est bond de hamacs on se demande comment les gens peuvent circuler et dormir en tant colls les uns aux autres et le dernier tage cest le pont avec beaucoup despace, un bar et deux chambres et une  suite . La  suite cest donc une grande chambre incluant un lit deux places, des toilettes et un douche afin dtre autonomes. On nous promet mme le calme et le fait dtre part des autres. Que nenni ds laprs-midi le bar ouvre, sort les mga enceintes et sort la tl o Banda Calypso et divers autres groupes vont se suivre sur le DVD de brga. Bien sr notre chambre est ct et on a peur pour la nuit qui va suivre. Le charme de Mathilde est international puisque cette fois cest une touriste tunisien qui noue contact, car cette fois on est plusieurs trangers bord, 4 Espagnols, 1 Tunisien et nous 3. Les 3 Espagnols (un vieux, un jeune et un enfant) sont intresss par une Brsilienne qui certes discutent avec le plus g mais rejoint le jeune dans sa camarote !!! On vient nous chercher pour le dner 17H mais dsormais il sagit bien dune usine car on fait la queue 20 mn pour manger par 10 autour dune table. Les gens se servent sans faire attention celui qui est ct ou qui nest pas servi, cest chacun pour soi, je bouscule. Le record cest moins de 1mn pour un monsieur qui a aval son assiette de couac, ptes, viande, haricots rouges. Ensuite on joue aux cartes en attendant que le bruit cesse car entre la musique et les gens qui viennent sur le pont pour discuter cest difficile de dormir. Heureusement ils calment vers 23H30.

Jeudi 13 avril : Et le rveil cest pareil : ds 6H30 les gens discutent devant votre cabine, vous empchant par la mme occasion de sortir et la musique dmarre dans la chambre d ct. Mme les touristes espagnols se mettent laise devant notre cabine. On a loup le petit djeuner car ils ne servent plus !!! On apprend que le bar, la pice ct de notre chambre a t cambriol (DVD, CD..) pendant la nuit et on na rien entendu ni vu. Tout le monde en parle bord et chercher la cachette car les auteurs sont toujours bord. Durant lescale Juruti les policiers attendent mme les gens qui descendent pour vrifier leurs affaires. A midi on dcide daller manger sparment afin de surveiller nos affaires mais les agents du navire insistent que lon aille manger tous les 3 ensembles sous  peine de ne pas manger, quelle ambiance !!!! Laprs-midi on joue aux cartes avec Santini (le Tunisien) qui a mis ses affaires dans la chambre de Mathilde afin dviter de se faire voler et qui aurait bien aimer pouvoir rester dormir aussi. Il passe tout de mme dune assez grande facilit de la drague ouverte Mathilde aux bras dune autre touriste espagnole avec qui il fait une partie du voyage. Les paysages que nous traversons restent classiques avec des plaines inondes mais peu de villages amrindiens comme dans la premire partie du voyage. Ensuite cest une escale de deux heures Parentis, capitale des artistes spcialistes du carnaval. 2 heures de trans-bordage de personnes (les gens vont tre encore plus serrs bord) et de marchandises notamment de DVD et CD qui notre grand dsarroi relance la musique fond. Mathilde a alors la bonne ide de rester coince dans sa cabine sans pouvoir en sortir Avec leur politesse habituelle les agents du navire nous demandent de descendre manger tout de suite et vite car sinon on ne mangera pas. Mais il est 18HOn aime se sentir aim, cajol aprs avoir pay 600 reais !!!! Nous aussi sommes capables de manger en moins de 5mn, non seulement par ce que les gens attendent derrire nous et nous le font comprendre mais en plus car la convivialit est tellement exubrante autour de cette table que cela nous donne envie de partir le plus rapidement possible. Et la nuit sannonce nouveau longue, surtout que le voisin sy met aussi de son ct avec sa musique. Si au moins les gens dansaient sur le pont on les rejoindrait sans problmes mais l. : ils restent assis et regardent le DVD en buvant des bires !!!!

Vendredi 14 avril : Nouveau rveil dsagrable, cette fois les agents ne veulent pas que lon loupe le petit djeuner et frappent comme des brutes la porte pour quon se lve 6H du matin pour le caf da manha. Cest peine si on ne se fait pas engueuler pour au final avoir droit un caf et un petit morceau de pain. Cest sr que je naurai loup pour rien au monde. A 7H enfin un peu danimation avec les gens qui montent sur le pont pour faire la messe pendant une heure et cest la dame-agent qui est dsagrable avec nous qui a le culot de parler de fraternit, damour et de comprhension selon Dieu !!!!!! Moi jen profite enfin pour lier connaissance avec des gens intressants et qui font des efforts, ce sont des artistes de Parentis : on parle de tout, Dieu, le foot et leur travail avant la queue et le repas du midi. Laprs-midi on peut enfin avoir du calme et faire la sieste tout en essayant de voir els fameux dauphins damazonie car je ninsiste pas dessus mais bien sr on passe des heures regarder les paysages monotones la recherche doiseaux, danimaux (car on longe la berge) et de dauphins. La dernire soire bord dbute mal : dabord on nous avait annonc une arrive Manaus en soire et au final ce serait en plein milieu de la nuit, ensuite comme cadeau de dpart on a le droit de manger une soupe dos ! Heureusement que cette dernire soire sera la meilleur de cette seconde partie du voyage : pas de musique, des gens qui viennent nous voir jouer au tarot, les discussions en portugais et en espagnol jusqu trs tard. On nous conseille de passer la nuit carrment sur la bateau pour viter des problmes en ville la nuit. Mais en fait on a tellement peur que le bateau ne fasse quune escale et reparte aussitt que lon ne dort pas, dautant plus que lon entend les bruits de dchargement.

Samedi 15 avril : A 6H du matin cest Santini qui vient nous faire signe que tout le monde est descendu du bateau quil ne manque que nous, ben merci de nous avoir prvenu les gars. Cest laurore et on partage un taxi 5 pour aller lhtel Ideal. Quel joli nom ! La chambre 3 lits est simple et propre mais sent la naphtaline, on a droit une ristourne car on ne paie pas la nuit en cours et on a droit au petit djeuner. L encore nous ne sommes pas au bout des surprises. Tandis que les filles se reposent je pars la recherche dune agence pour acheter les billets Manaus-Macapa. Je parviens tant bien que mal trouver des tarifs intressants car les tarifs de la Cie Gol ne sont pas valables mais je dois rentrer lhtel chercher les filles pour payer. Le temps de revenir et hop plus de billets ce tarif et plus de siges libres. On commence stresser car comme els avions ont la fcheuse habitude de partir en retard on ne veut pas risquer de louper celui de Macapa Cayenne le lundi 14 H. On ne veut cependant pas payer 800 euros pour un aller simple de 1H30 de trajet. Heureusement les tarifs de la Cie TAM ont eux baiss et TAM est une Cie partenaire de Air France donc cest bon pour les miles. Pour simplifier les billets davions au brsil cest pire que la bourse. Ils sont tellement lents diter les billets que lon en sort quau bout de deux heures, il est midi et on na plus quune demi-journe pour voir Manaus. Nous navons pas le choix, nous allons voir pour une visite organise de la ville : 3H30 minimum de ballade pour 135 reais par personne. Cela semble correct. Mais aprs toutes ces pripties nous avons htes daller manger dans chic et meilleure churrascaria de la ville. Au programme de la visite (incluant le taxi et le guide) : le fameux thtre Amazonas, la maison de justice, la maison richement dcore dun ancien homme daffaire allemand montrant la richesse de la ville au dbut du sicle + le parc industriel (zone franche avec normment dentreprises japonaises), son centre culturel japonais, son immense centre social pour les ouvriers brsiliens et son museum dhistoires naturelles tenu et cr par des Japonais + une vue du fleuve du haut de la vieille ville ainsi quune ballade en barque sur la ligne de sparation des eaux du rio negro et de lamazone + enfin le port et son march municipal avant de terminer par une ballade pied dans les ruelles de la ville. Le soir on dcide daller pied sur le lieu dit de sortie des habitants de Manaus, place Sao Sebastao autour du thtre Amazonas pour un tacaca (soupe mlangeant crevettes, farine de manioc et un genre de pissenlis) et une ambiance locale. Une fois de plus nous sommes pris par le temps mais Manaus mrite plus de temps. A voir ou faire: -le muse de lindien, de lhomme du nord -le site o on nage naturellement avec els dauphins 110 km au nord de Manaus -les ftes de fin de semaine au sambadromo et diverses ftes populaires brsiliennes attirant jusqu 20 000 personnes

Dimanche 16 avril : Il faut se lever 3H30 pour prendre lavion 6H. Arrivs laroport les ennuis recommencent. Mathilde ne peut pas prendre lavion, elle a un problme avec son billet. Il nest pas confirm alors que pay et Virginie a elle au final deux siges son nom. On nous oblige refaire les billets, heureusement que je me dbrouille en portugais. Mais on est sauv on peut monter dans lavion et admirer les superbes paysages dAmazonie vus de dessus : on survole en 2 heures ce que lon a mis une semaine faire en tapouille. Cest ensuite la traditionnelle escale laroport de Blem o on tourne en rond et on finit de goter les plats locaux (le dgueulasse Manioba par exemple. On arrive Macapa en dbut daprs midi, les rues sont dsertes et mon couteau suisse qui a t mis part dans lavion nest pas arriv. On me promet quon me lapportera minuit lhtel mais je nai pas envie dattendre jusque l moi, je suis naze. Dailleurs 19H tout le monde dort dans la chambre avec un sandwich TAM dans le ventre.

Lundi 17 avril : Nous sommes le lundi de Pques, cest la dernire matine au Brsil. On en profite pour faire des achats mais impossible denvoyer les cartes postales car on ne peut envoyer qu partir de la Poste et il y en a pour deux heures de queue. On dcide daller manger laroport mais le snack de celui-ci na plus rien offrir si ce nest 3 misrables feuillets au poulet. Par dessus cela un mec bourr tombe de sa chaise. Je vais le secourir mais il me tient ensuite la jambe. Il veut de largent mais je lui fait offrir de leau. Enfin pour finir comme cela a commenc lavion de la TAF est en retard

Delphine dans un barrio de Caracas

Les choses bougent, avancent. J'ai commenc travailler avec un ami, avec une communaut d'un barrio qui souhaite construire un terrain de basket et des locaux culturels. La rencontre avec le muchacho qui gre tout de A Z fut trs impressionnante. Un gars qui a 27 ans, une conscience des choses et un engagement de folie pour sa communaut... Sans formation technique, il a dress un plan de tout son barrio, construit quelques escaliers, dessin des canaux de rcupration et d'vacuation d'eau... La communaut s'est ainsi organise pour prsenter les projets aux institutions et dbloquer des crdits, travailler avec les acteurs sociaux, les ingnieurs et venir chercher quelques tudiants en architecture. C'tait fort de se retrouver l, tous les deux, dans un rle bien concret de mdiateur, de concertation, participation, change, une aide directe, qui peut prendre forme et transformer des usages et des vies...

Ce pays est vraiment formidable, hier, on a fter la San Juan dans le barrio o je bosse pour mon cours de projet. Que d'amour chang !

Tous nous ont accueilli comme des rois: tout le monde vient te parler, on se serre tous dans les bras, les verres de rhum circulent dans l'assemble, les tambours clbre le saint, les chants s'lvent, la transe de la danse se rpand au rythme des percussions, un moment magique !

Dans la rue, avec des vrais gens, dans un lieu qui a une rputation d'inscurit terrible, les gens de la casa culturelle avec qui on travaille nous ont prsent toute la communaut qui s'est occup de nous toute la soire, nous gavant d'une soupe dlicieuse, se relayant pour nous emmener aux toilettes, nous faisant visiter leurs maisons, nous initiant aux maracas... du vrai bonheur, et un grand sourire qui ne m'a toujours pas quitt !

mil besos,

Delphine.

Vincent, Bruno et les Stones Prague !

Notre sjour Prague fut gnial ! En fait, une de mes lves de seconde est la fille du producteur du concert des Stones pour Prague. Le gars fait a depuis des annes, son appart (puisque nous y sommes alls) est rempli de reliques de ces moments fabuleux passs avec les stars: des affiches ddicaces, des disques d'or, et mme une guitare signe par Bruce Springsteen lui mme, ddicace au nom de mon ancienne lve ! La ville est magnifique, et entre deux visites, on avait droit aux Stones. Ca a commenc par un vernissage de Ron Wood, l'avant veille du concert, dans un petite glise de Prague. Il y avait une bonne centaine de personnes, dont Vaclav Havel, les choristes des Stones, et bien sr, Ron Wood lui mme. Par contre, les autres ne sont pas venus. Ensuite, la veille du concert, il y a eu l'anniversaire de Mick Jagger. L, mon lve et son pre taient invits parmi deux cents personnes tries sur le volet, la jet set de Prague et quelques stars de passage. Elle ne voulait pas y aller, son pre non plus, donc nous y sommes alls avec Bruno. Ce fut un peu dur pour rentrer (vu que notre nom n'tait pas sur la liste) et il a fallut que le pre de mon lve parle avec le garde l'entre de la boite. Ca avait lieu dans une boite de Prague, "le Duplex", et c'tait dingue car il y avait des milliers de fans l'entre, comme dans les films (!!) attendre l'arrive des Stones, et surtout, ils formaient un couloir dans lequel nous sommes passs et crois moi, je n'ai jamais fait quelque chose d'aussi intimidant. Une fois dedans, on se balade, on ne pouvait pas se faire remarquer car on n'tait pas sens tre l, mais c'tait gnial, il y avait les Stones, sauf Charlie Watts, Bob Geldof (que peu de gens connaissent alors que c'est, entre autre, l'acteur de "The Wall" !!), Terry Gilliam (ralisateur de Brazil, l'Arme des Douzes Singes, etc...) et quelques autres personnalits plus ou moins connues. il y a eu des moments de folie quand Mick Jagger dansait sur la piste, et que Bruno et moi nous tions deux mtres du gars, 20 peine sur la piste, et que Bob Geldof me faisait du coude en dansant car la piste tait petite, le moment o Bruno a failli hurler de surprise quand il a dcouvert que le gars qui pissait ct de lui n'tait autre que Ron Wood, ou encore la douzaine de coupes de champagne que l'on s'est enfil chacun (et pas du mauvais) agrment d'une petite fraise, etc... Bref, ce furent 4 heures de folie o nous avons vcu ce que peu de gens "comme nous" vivrons un jour. On a tout observ, de toutes faons, on ne pouvait pas parler aux gens... Le concert le lendemain fut trs bien, mme si on tait encore en train de se demander si ce qui tait arriv la veille tait vrai ! On a crois dans les rues de Prague un des choristes des Stones, un grand noir dont Bruno connait le nom, et il lui a parl un peu. Bref, hallucinant! Je suis content pour Bruno, car il tait vraiment aux anges, et en plus, le concert ne ressemblait pas celui de Bercy qu'il avait vu trois semaines avant car celui l tait en plein air.

Vincent.

samedi 6 mai 2006

Brangre & Co au Venezuela !

Je viens vous en donner des nouvelles sur notre vie tropicale et nos rves/envies de voyages car retour pour moi program le 25 aot, date qui me fend le cur !

Ce sera dans un coucou Air France 700 euros le billet, vers ce Paris gris qui ne me tend pas les bras, et cette France dont j'ai une grande envie de boter le cul au 47 aprs cette experience bolivarienne qui ma redonne got la politique et aux travaux sociaux; l'envie de savoir vraiment ce qui se passe au fond des textes et des failles.

RESISTENCIA AMIGOS, Le Pen ou Sarko : NO PASSARAN !!!!!!..

A lInstituto de Urbanismo de la Faculdad, j'ai fait des zooms et des perspectives la main  pour vendre lors d'un concours dans un barrio dune autre ville du venezuela. Dbut de stage l'informatique proche (c'est un grand moment pour moi et pour une fois, je suis motive !). Le projet avec le barrio n'avance pas (le prof ne vient jamais et il est bien l'ouest) mais la prsentation avec toute l'cole est le 15 mai. Il y aura tous les profs de l'unit la plus repute de lcole qui mavaient mis un 20 final ! Ils ne supportent pas ni n'admettent que je parte loin de leur monde nombriliste, vers notre atelier qui sappelle "Ecole Populaire dArchitecture" Le travail l bas selon eux, nest pas un travail darchitecte et travailler directement avec les communaute des barrios nest pas vraiment une intervention darchi

Bon, pensez ce que vous voulez mme si a me fout mal au bide de voir quel point le rle social de notre taf n'a aucune importance pour ces "formateurs de futurs architectes 3 toiles qui ne veulent et ne savent travailler quavec le 3 toiles"... Au moins dans notre atelier populaire, on a des potes, on fait aussi de la zic et des teufs et on apprend des situations sur la vraie vie des gens, despaces et de quartiers entiers, bout de villes en auto-construccion, avec tout le bordel et la proprit des choses au quotidien...

Jvais quand mme assurer le compte-rendu car je crois quils attendent un faux pas pour fermer l'atelier de ce mec qui n'est mme pas prof, ni enregistr...

Le voyage est un luxe ici et voyager cote cher et on n'a pas arret ! On a plus d'argent mais encore beaucoup de projets voyages. Bref, rester ici jusqu' fin aot sans bouger ce n'est pas possible... Alors comme c'est toujours quand on en a besoin qu'on fait ces choses qu'on ne fait jamais mais qu'on adorerait faire, j'ai decid de faire pleins d'aquarelles de chaque voyage et de Caracas et de les vendre ! Je les prsente avec des cadres et des mobiles en fils de fer travaill, des transparents et du carton, pour la modique somme de 5 euros franais. Je les vends dans la rue avec tous les hippies quieux-mme vendent des colliers de graines et autres bijoux... J'ai tablie des relations car on est quand mme au Venezuela et les flics te volent parce que t'es tranger et parce qu'ils volent tous le monde !

Le travail de la rue, c'est toujours un peu gr ou organis par des genres de petites mafias locales, et moi je ne veux pas avoir affaire eux.... Mais bon les hippies m'ont dit que a se vendrait bien car j'suis la seule Caracas et que c'est original. Ca change des milliers de vendeurs de colliers qui proposent tous la meme chose... Les mecs peuvent se faire 60 euros par jours (qui depend du jour de paie des gens, le 15 et le 30 du mois).

Je vais donc rentrer dans l'conomie informelle (rassurez-vous je ne vends que des aquarelles) des gens qui vivent d'amour et d'eau frache sauf que moi, c'est pour subventionner un voyage qui nous tient vraiment coeur avec Fred: le Prou !!!

L'ide est de descendre au Brsil Manaus puis de decendre l'Amazone en pirogue pendant une bonne semaine pour atteindre la frontire pruvienne... De l, donc de l'ouest, traverser le pays et les Andes, Machupichu, les autres sites et des rgions dont on ne connat ni le nom ni le lieu... Dure du voyage, 1 mois et demi. Aprs retour au Venezuela, on ne sait comment ni par o, et retour Paris, du moins pour moi c'est sr !

La deuxieme ide de subventions possibles, c'est un concours qu'on va prsenter avec Fred pour le gouvernement et Caracas o il faut faire des affiches pour des campagnes our un "Caracas plus humain". Sensibilisations aux usages et actes des gens dans l'espace urbain et les transports ou services publiques, les handicaps... A rendre le 10 juin... On verra bien, mais j'imagine qu'il y aura beaucoup de monde car il y a 2 500 000 bolivars soit peu prs 830 euros en jeu ! Cest ouvert aux tudiants dart, de 18 30 ans. Et si c'est ouvert aux tudiants trangers, on fonce !

Hasta luego pues !

Beran.

vendredi 28 avril 2006

Bruno au Guatemala, rsum

On revient du Guatemala o on a pass deux petites semaines, c'tait bien sympa. C'est un petit pays mais tellement vari. Les gens sont super accueillants et la cuisine est excellente, a change du Mexique ! Livingston sur les carabes, c'est excellent, on se croirait en Guyane ou aux Antilles voir au village Saramaka de Kourou. C'est halluciant Livingston: les Garifunas ne vont pas du tout au Guatemala, ils restent sur la cte vont voir leur semblables au Belize ou au Honduras, c'est tout ! Ah, l'hotel de livingston sur les carabes: la piscine ce n'est pas du luxe mais ncessaire pour tenir avec la chaleur environnante. Et le soir buffet de crevettes nirmes et dlicieuses !! Antigua: le vendredi saint, c'est vraiment magique, il n'y a rien de plus impressionnant.

Ciao, Bruno.

mardi 25 avril 2006

Vincent en sjour prolong au Swaziland !

Mon Afrique ne ressemble pas vraiment a l'Afrique... Niveau paysages, on dirait plutt la Suisse ! La capitale du Swaziland (Mbabane) est un petit village perche a 1200 m. d'altitude. Le climat est trs doux et la vie aussi, les gens sont hyper-cool... sweet life !

A part a, je vis de grands moment de bonheur musical ! On a mont un groupe avec 2 chanteurs et un guitariste Swazis et un multi-instrumentiste Anglais et a dchire ! Les gars ont des voix a tomber par terre et a va sonner grave ! On a dj des concerts intressants venir, par exemple ce week-end avec Lokua Kanza... Affaire suivre...



A part a, la vie ici est trs agrable surtout grce la beaut de la nature. Il y a partout des rserves naturelles... Ce weekend, nous avons salu les p'tits poissons exotiques de l'Ocan Indien en Afrique du Sud et le weekend prcdent, c'tait d'autres bestioles : gupards, rhinoceros, girafes, gazelles, hipopotames, crocodiles, zbres, autruches... J'en oublie pleins !!! Nous tions Krugger Parc, la plus grande rserve naturelle d'Afrique et peut tre du monde (300 km de long sur 70 de large, c'est plus grand que le Swaziland !) qui est seulement 4 heures de route de chez nous... Bref l'aventure au pas de la porte...

Et puis si le Swaziland est une Afrique light autour de Mbabane, il suffit de faire quelques km dans la campagne pour tre projet direct dans ce qui, j'imagine, ressemble vraiment a l'image qu'on se fait de l'Afrique : la savane avec de temps en temps un petit village de huttes rondes... On est aussi tout pres du Mozambique que l'on va decouvrir dans 15 jours pour nos premires vacances...

Conclusion : TOUT VA BIEN !!!

vendredi 24 mars 2006

recette du Bolo de Milho Verde, Brsil.

Bolo de Milho Verde Ingredientes

4 espigas de milho verde meia xcara (ch) de leo 1 lata de leite condesado 3 ovos 1 xcara e meia (ch) de farinha de trigo 1 colher (sopa) de fermento em p manteiga , para untar farinha de trigo , para polvilhar acar de confeiteiro , para decorar Modo de fazer Retire os gros de milho da espiga, fazendo cortes rente ao sabugo. Bata no liquidificador com meia xcara (ch) de gua. Depois passe por uma peneira. Recoloque o creme de milho no liquidificador. Junte o leo, o Leite condesado e os ovos e bata bem. Despeje essa mistura em uma tigela, acrescente a farinha e misture bem. Por ltimo, junte o fermento enfarinhe uma frma redonda com furo central e despeje a massa do bolo. Asse em forno mdio alto (200 C) pr-aquecido por cerca de 40 minutos. Retire do forno. Quando estiver morno, desenforme, polvilhe, o acar de confeiteiro e sirva a seguir.

Quento

1 garrafa de pinga; 2 xcaras de acar; 2 xcaras de gua; gengibre; canela em pau; cravo; noz moscada ralada; limo cortado em quatro. Leve ao fogo todos os ingredientes, menos a pinga, e deixe ferver at soltar o sabor. Tire do fogo e acrescente a pinga. Leve novamente ao fogo at levantar fervura.

Delphine nue Caracas parmi 2000 autres personnes !!!!

et et oui, messieurs mesdames, j'ai particip une belle et grande oeuvre d'art, ce dimanche ds 4h 30 du mat dans le centre historique de caracas. une exprience inoubliable dont je ne cesse de parler depuis.... mes excuses donc ceux dont j'ai dj cont un peu de l'vnement. il s'agissait du travail d'un photographe tasunien qui travaille sur le thme des corps rassembls dans des lieux publics depuis le dbut des annes 90. promixit, partage d'intimit, dtournement d'espace et de quotidien.... aprs une nuit de danse dans quelques bars de la ville, me voil partie avec mes 2 nouvelles collocs franaises et un ami colombien pour vivre cet vnement avec des caraqueos de tout horizons, traversant les rues dsertes en taxi,dans la douce nuit. prs de deux heures d'attentes, regroup au pied du tribunal en construction, devant une statue de bolivar, face une grande avenue majestueuse, tous encore habills, entament des discussions plus ou moins lgres pour viter de penser la suite.... le photographe apparat, nous donnant les instructions suivre, le droulement du programme,en anglais, repris par ses assistants en espaol. la tension monte, les gens se pressent, s'agitent, le soleil pointe l'horizon. puis vient LE moment: "que se quittan las ropas!!!!!" dans un mouvement un peu chaotique, les corps se dnudent, les paquets de vtements se retrouvent sur le sol, gards par les militaires en armes qui tentent de garder leur srieux devant cette mare rose aux milles nuances.... la chose est finalement beaucoup plus simple et naturelle que prvue, le mouvement est impuls, et je me mets en marche avec la foule, sans me rendre vraiment compte que je suis aussi nue que tous ceux qui m'entourent!! chacun des 2 groupes emprunte les rampes qui descendent sur la gauche et la droite de Bolivar... une immense joie mane des participants, la vue de ces vagues humaines, cris, applaudissements retentissent, un vrai bonheur, une sensation trs forte de faire partie d'un tout les inhibitions sont vite oublies devant ces hommes et femmes de tous ges et de tous physiques, les sourires s'changent quand les regards se croisent, un grand respect s'installe entre tous qui partageons ce moment unique. mais surtout ce sentiment de plnitude et de libert.... quelques badauds se pressent sur les ct pas si bien gards par les forces de police... on se met alors leur crier de nous rejoindre ou de partir. quelques jeunes femmes s'executent, jetant terre leurs vtements et accourrant pour rejoindre le groupe, un vieil homme les accompagne, sous les applaudissements de notre foule. les journalistes sont galement carts sous les cris, et malgr les supplications des participants, aucun policier ne dpose les armes pour venir nous rejoindre.... commence alors la premire prise de vue. 2 colones se font face quelques mtres, debout sous les rayons du soleil, le vent est doux, que c'est agrable! la principale instruction est de ne pas sourire pour ne pas avoir l'air idiot! pas vident! puis les poses s'enchanent, sous l'oeil de L'Artiste qui fait quelques essais: "les bras en l'air!", "non, couchez vous les uns ct des autres!", "non, relevez vous , asseyez vous"... le public semble difficile manoeuvrer, dans cet tat d'euphorie! mais, finalement, les instructions s'excutent. d'abord assise face face 2 par 2, mains dans les mains, je m'allonge selon les directives au milieu de cette foule, me retrouvant avec une tte inconnue sur l'paule et une autre sur la cuisse! le soleil carressant et le ciel plus bleu que jamais, je ferme les yeux la demande du photographe, le silence s'installe entre tous durant de longues secondes, le temps d'"oublier", et de profiter du moment, l'motion est grandissante, la sensation de bien tre galement. le spectacle est si beau d'autres poses se succderont, dans des positions plus ou moins comodes... spencer Tunick semble plutt satisfait de nous , nous remercie grandement de notre courage et participation . la fiert nous sourie, la journe qui suivra sera tranquille, quelque chose chang, caracas semble alors plus accueillante, j'ai l'impression bien plus forte d'en faire enfin partie. un grand moment qui promet de biens belles choses que la vie vous soit douce mil besos delphine



quelques photos de l'artiste, d'vnements passs http://www.i-20.com/artist.php?artist_id=19&page=images&work_id=449

mercredi 15 mars 2006

premier bilan du voyage au Venezuela 2006

Le Venezuela est diffrent du Mexique par exemple, qui m'a beaucoup marqu par sa richesse historique et tous ces sites archologiques. Rien de tel au Venezuela, par contre il y a des plages magnifiques, la fort tropicale, des cascades grandioses, des petits dserts, de la steppe, des villes avec des centres historiques type colonial, des villes trs l'amricaine... Les USA sont trs prsents par de nombreux aspects: les voitures, les casquettes, le baiseball (2 sport national aprs le foot !), la mentalit des gens de droite... Les gens sont en gnral trs accueillants, gnreux, le coeur sur la main. La cuisine est trs bonne, peu pice pour les estomacs sensibles, beaucoup de grillades et de super poissons en rgions ctires... Pour la musique, il y a un norme foss entre les majors et les inds. Comme partout en Amrique Latine, il faut payer pour passer en radio sauf sur les communautaires qui sont plus ouvertes ou ont des revenus financiers autres... Une loi de quotas pour les artistes nationaux s'est mises en place depuis peu. Cela va permettre de faire bouger les choses. C'est un des pays o la piraterie est trs forte, un peu moins qu'au Mexique mais bon, c'est dj norme !!! Il y a pleins de bons groupes mais peu d'endroits o jouer et un public qui se dplace peu... C'est diffrent du Mexique o il y a peu d'endroit mais un public trs prsents, trop de groupes avec beaucoup de mauvais dans le tas... RV.