Font Size

Screen

Cpanel

Dernières news

Dernières biographies

The Slackers

Les « Flemmards » (Slackers) sont un groupe de sept musiciens new-yorkais. Formé en 1991, le combo a tout expérimenté avec des mélanges de ska, reggae, soul, swing, rock garage et jazz. En suivant les pas de leurs muses (les Skatalites, les Beatles, Bob Marley, Lee Perry, Bob Dylan et Curtis Mayfield), les Slackers ont créé un style qui leur est propre dans la musique contemporaine.

Leur premier album, Better Late Than Never (1996), présenta un son brut et direct tirant son inspiration de la Jamaïque et l'apportant dans le New York des années 1990. Le "New-York Times" déclara très rapidement que les Slackers faisaient partie "du son de New York."

Avec la signature sur le label Hellcat Records de Tim Amstrong en 1997, la bande a sorti Red Light, où elle a développé un son plus lisse, plus de mélancolique et attendrissant. Le succès fugitif de cet album fut « Watch This » avec une rotation assez importante sur les radios d'université et une présence sur la compilation « Give Em The Boot » qui a vendu plus de 200 000 copies.

En 1998, les Slackers donnent suite à Red Light avec un opus original de 19 titres The Question. Rempli de chansons inspirées par des amours perdus, des héros morts et l'alcool, le principal hebdomadaire hollandais OOR proclama cet album "le nouvel exil dans la rue principale". Le single de ce disque était « Have The Time », dont le clip vidéo fut très largement diffusé sur Matt Penfields’ Indies Nation (MTV). Comme un critique à CMJ s'est exprimé, "la seule question qu’il reste à demander…est pourquoi tous les nouveaux disques de ska ne sonnent pas si respectueux et ensemble ?"

Depuis la sortie de Red Light, les « Flemmards » ont fait des dizaines de tournées américaines, européennes et de nombreuses mini-tournées. Ils se sont produits sur les scènes du Warped Tour (1998), le Festival Lowlands (1999), Pukkelpop (1999), CMJ (2000), le Festival de Jazz de Montréal (2000), le Festival de Bourges (2001), Le Festival de Dour (2002), aussi bien que dans d’innombrables petits clubs et bars allant de Los Angeles à Amsterdam. Les Slackers inspirent un culte qui conduisent des gens à faire des centaines de kilomètres pour assister à leurs concerts. Le groupe se concentre sur son spectacle live afin de sortir en 2000, Live At The Ernesto’s, un cadeau pour tous leurs fans.

À la sortie en 2001 de Wasted Days, les Slackers ont continué à démontrer la croissance et une perte du sens de temps qui défient les tendances superficielles d'aujourd'hui. Le titre qui ouvre le CD, « Wasted days », déclare "qu'ai-je fait mal que je devrais en être désolé ?" et ce ton assuré continue sur tout le disque. Les fans ont répondu par l'enthousiasme au single mp3, le ska « Dave’s Friend », téléchargé 6 000 fois dans les 2 premiers mois de sa sortie. Un autre single, une version « ganja étouffée » du « Wanted Dead Or Alive » de Bon Jovi, a été louée par des publications aussi variées que Maxim et Village Voice. Cette popularité croissante attira l'attention de la Radio Publique Nationale et les Slackers. Après cela (la semaine du 24/07/01), Wasted Days est monté à la 6ème place des ventes sur Amazon.com.

En 2002, pendant deux mois ils ont visité les États-Unis comme première partie des rockers irlandais, The Flogging Mollys, sur les 50 dates du « Drunken Lullabyes » Tour. C'était en plus des 90 représentations qu'ils avaient faites comme tête d’affiche avec des guichets fermés à Los Angeles, New York, Chicago, Amsterdam et Madrid. Durant ce temps, les Slackers ont commencé à travailler sur un projet de collaboration avec des artistes différents afin de rapprocher les générations influencées par la musique jamaïcaine qui s'est étendue dans le monde entier.

Ce travail est devenu Slackers And Friends (2002), un CD autoproduit figurant Glen Adams (The Upsetters), Cornell Campbell (The Uniques), Congo Ashanti Roy (The Congos), Doreen Schaeffer (The Skatalites), Ari-Up (The Slits), Ranking Joe, Chris Murray, le DJ Cris The Reducer et Larry McDonald. Cet album a immédiatement attiré l'attention au niveau national et international pour ses grooves reggae. Une chanson, « Matey Exterminator » devait apparaître dans le nouveau spectacle de Guy Ritchie sur la BBC, "Make my day" plus tard cette année là.

Le rythme continue avec la sortie de Close My Eyes, le 7ème album des « Flemmards », en septembre 2003 sur Hellcat Records puis suivent d'autres disques. Aujourd'hui, les Slackers continuent de parcourir le monde pour dispenser leur message.
En 2006 sort Peculiar puis The Boss Harmony Sessions la même année. Vic Rugiero sort un album solo et tourne de son côté tandis que David Hylliard fait de même avec son groupe Rocksteady seven. Mais le groupe se retrouve régulièrement pour des tournées américaines ou européennes et pour sortir de novuelles pépites: Self Medication (2008). A cela s'ajoutent 3 lives et 2 DVD à écouter absolument.

 
http://www.theslackers.com/
http://www.myspace.com/theslackers

You are here
Suivez-nous sur Myspace
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Linkedin
Suivez-nous sur Twitter
Radio Sabor