Font Size

Screen

Cpanel

Dernières news

Dernières biographies

El Gran Silencio

 

Interview réalisée par Bernardo Naranjo, journaliste mexicain et notre collaborateur sur place, avec Cano Hernández, chanteur du groupe de cumbia-rock de Monterrey (Mexique) de retour du Japon en août 2003.

Alors ce voyage au japon ?
Très bien, nous avons joué avec des musiciens très connus comme Björk, Massive Atack y Assian Dub Fundation.

Quel fut l’accueil réservé à la musique de El Gran Silencio en Orient ?
Dès le début les gens essayaient de chanter et de participer aux chansons mais là-bas on danse différemment qu’ici au Mexique. Le public a été très respectueux alors que nous jouions après un groupe de Hard-Core japonais; Le public a fait la fête de la même manière avec tous les groupes qui ont participé au festival.

Quelle est la différence entre le public mexicain et celui d’autres parties du monde ?
Les assistants lors des concerts en France et au Japon se sont comportés diféremment de ce que nous sommes habitués ici, mais en général à l’étranger malgré les problèmes de langues, ils perçoivent notre musique sans autant de préjugés qu’ici. Au Mexique le public est divisé en genres, par les styles musicaux. Dans le festival au Japon, entre chaque groupe il y avait de la musique drum & bass et techno, et tous les punks et darks étaient contents.

Quels sont vos projets pour votre prochain disque ?
“Super Ridim Intenational Vol. 2” ? Nous pensons le sortir au début de l’année qui arrive (janvier 2004), tout est déjà enregistré y nous l’avons produit nous-mêmes.

Quels sont les invités sur le second volume ?
Il y a aura encore Cecilia Toussaint, des camarades de Chihuahua qui s’appellent El Orgullo Mexicano, un ensemble de percussions de Monterrey, Mambele, et il y a aura la participation d’Enrique Bumbury.
J’aurais aimé que soit présent aussi Fermín IV, nous voulons collaborer avec tous les styles de musiciens. J’aimerais aussi faire de la musique avec Fidel Nadal, Inspector, Cabrito Vudú, Los Reyes del Ballenato et les groupes norteños comme Pesado et La Firma.

Avec quels autres musiciens avez-vous collaboré et avec qui aimeriez-vous le faire ?
Il y a quelques temps nous avons fait un titre avec les Rabanes de Panamá et nous aimerions travailler avec des Grands de la musique latine comme Rubén Blades et Ibrahim Ferrer. Nous avons aussi le projet d’enregistrer avec Giovanotti et quelques combos de hip hop espagnols.

Quels sont les groupes qui ont influencé El Gran Silencio?
En général beaucoup, mais il y a surtout un groupe qui est de Barcelone et qui s’appelle Dusminget, qui a une formation très proche de la nôtre, et même si je n’ai jamais eu le plaisir de les rencontrer et le fait d’être dans des lieux si éloignés, nous avons les mêmes influences. Comme nous ils fusionnent la cumbia et l’accordéon avec le Ragamuffin et le DanceHall.

Où El Gran Silencio est-il le plus populaire, le mieux accepté ?
Au Mexique, spécialement dans le DF ( District Fédéral de Mexico) et dans le nord du pays, et aux Etats-Unis partout où vivent les latinos.

Comment allez-vous terminer l’année ?
Cette année nous terminons par une tournée aux Etats-Unis avec Molotov et Rabanes au bénéfice des jeunes latinos. Une partie des entrées servira à établir des bourses pour ses jeunes latinos qui vivent de l’autre côté de la frontière et qui veulent faire des études universitaires.

Vous sentez qu’ils subissent une discrimination aux Etats-Unis ?
J’ai l’impression que dans ce pays il existe beaucoup de discrimination evers les latinos, c’est pour cela qu’il existe les Grammy Latinos, car les gringos ne considèrent pas les latinos comme faisant partie de la musique du monde. Cela nous intéresse énormément car ce qui est certain c’est que la musique latine est en train de croître et de devenir forte. J’ai noté que dans nos concerts aux Etats-Unis il y a à chaque fois davantage de “blancs”. Nous avons aussi l’intention d’aller en Colombie et nous sommes en pourparlers avec l’organisation d’un festival en France.

Qu’aurais-tu aimé faire si tu n’avais pas été chanteur de El Gran Silencio ?
Je ne sais pas… je pense que je serais dans la musique, peut-être un producteur.

As-tu des projets pour le cinéma ?
Il y a une invitation pour faire la BO d’un film américain, nous attendons seulement que les premières scènes se tournent pour commencer à travailler sur la musique. C’est un film intéressant parce qu’il y a beaucoup d’artistes latinos, les acteurs Ely Guerra et Johny Grijamo et les musiciens de Jumbo. Nous nous n’allons pas jouer mais faire une ou deux chansons.

Vous êtes pour ou contre la légalisation de la marijuana ?
Et bien… çà m’est égal, je n’ai rien contre les gens qui fument, à mes potes qui fument je dis que c’est cool, que peut-être ils l’utilisent pour méditer ou par appartenance au mouvement rastafari, mais je leur demande qu’ils se souviennent que cette méditation encourage le narcotraffic et les problèmes qui viennent avec. Je leur dis simplement de ne pas l’acheter clandestinement, qu’il vaut mieux la semer.

 

Merci El Gran Silencio

 

You are here
Suivez-nous sur Myspace
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Linkedin
Suivez-nous sur Twitter
Radio Sabor